Soutenance de thèse de doctorat de Madame Sylvia Amar : « Laboratoires d’architectures écotopiques, des communautés d’hier aux écovillages d’aujourd’hui, (États-Unis, Europe 1965-2015) » – en visioconférence – 3 juillet 2020

La soutenance de thèse de doctorat en architecture de Madame Sylvia Amar se déroulera le 3 juillet, à partir de 14h, en visioconférence et en présentiel uniquement sur inscription en écrivant à : marion.vernaz@marseille.archi.fr.

Titre : «  Laboratoires d’architectures écotopiques, des communautés d’hier aux écovillages d’aujourd’hui, (États-Unis, Europe 1965-2015) » / Title : « Laboratories of ecotopic architectures, from yesterday’s communities to today’s ecovillages, (United States, Europe 1965-2015) »

Membres du jury

Directeur de thèse : Jean-Lucien Bonillo, Professeur, HDR, INAMA, ENSA Marseille
Co-directeur de thèse : Antoine PICON, Professeur, HDR, École des Ponts ParisTech et Graduate School of Design de l’Université Harvard
Rapporteur : Michel RAUTENBERG, Professeur, Centre Max Weber, Université Jean Monnet, Saint-Étienne
Rapporteur : Catherine MAUMI , Professeur HDR, AHTTEP/UMR AUSser 3329, ENSA-Paris-la-Villette
Examinatrice : Nathalie BERTRAND, Maître de conférences, TELEMMe, Aix-Marseille-Université

Résumé

Depuis le XVIIe siècle, les initiatives communautaires déploient leur quête utopique d’un monde meilleur, intégrant dans ce projet une dimension écologique et éducative fondamentale. Une historiographie croisée de l’évolution des utopies architecturales et de l’émergence de la pensée écologique permet de tracer une continuité de ces préoccupations qui sont toujours plus présentes, dans les communautés des années 1960-1970 comme dans les écovillages d’aujourd’hui. Une analyse comparative d’un échantillon de huit terrains, situés aux États-Unis et en Europe, complète l’établissement de cette filiation.
Ces deux approches mettent en évidence qu’au-delà des intentions, des modes opératoires, et des préoccupations anciennes pour l’écologie, certaines initiatives communautaires ont en commun de s’appuyer sur l’architecture en tant que médium d’expression et de mise en forme leur projet socio-spatial. Sur l’ensemble de la période historique étudiée (1965-2015), cette dynamique permet de les qualifier de laboratoires d’architectures écotopiques, mettant en évidence un intérêt pour l’innovation, les savoir-faire anciens et le work in progress, ainsi qu’un glissement du rôle de l’architecte.
Les communautés et écovillages peuvent-ils — même à leur très petite échelle décentrée et rurale — contribuer à définir des modèles de société permettant de mieux « habiter la Terre » ? La recherche propose d’explorer cette problématique à travers deux hypothèses. D’une part, les productions architecturales des communautés et des écovillages relèveraient d’une préhension de l’espace combinant étroitement idéologie et territoire d’implantation, créant ainsi un courant alternatif, guidé par une volonté de construire de façon écologique. D’autre part, cet héritage architectural serait pris en tension entre rupture et tradition, et s’incarnerait dans des réalisations hybrides. Le concept de laboratoire d’architecture est avancé à la fois comme une grille de lecture théorique capable d’unifier ces expériences hétérogènes, et comme un dispositif méthodologique à même d’activer le potentiel d’une utopie réalisable, vers sa réalisation effective et perfectible.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search