Séminaire « La mise en visibilité de la nature dans l’aménagement urbain. Questionnement autour de la mise en scène de la « ville durable » » – Champs-sur-Marne – 28 septembre 2020

La mise en visibilité de la nature dans l’aménagement urbain est devenue un leitmotiv des pratiques et des réflexions sur la ville et l’urbanisme durables.

Accédez au site : La mise en visibilité de la nature dans l’aménagement urbain

Cette scénarisation idéalisée s’incarne par exemple dans les solutions fondées sur la nature (« nature based solutions »), développées notamment dans le champ de l’assainissement pour la préservation des milieux récepteurs, ou encore dans l’utilisation de matériaux qui permettrait de recréer un « lien » avec la nature et de lutter contre le changement climatique (comme par exemple le bois). Elle se concrétise également à travers la production de services écosystémiques.

Intégrer des matériaux bio-sourcés dans la construction des bâtiments, végétaliser les toits et les façades, mettre en œuvre des processus physiques, biologiques et géo-chimiques dans l’espace urbain, redécouvrir des rivières disparues, constituent des démarches pensées et présentées comme autant de signaux de la ville durable, rendant possible une nouvelle alliance entre la ville et nature. Le retour de la nature en ville via ces projets et processus suscite un enthousiasme certain faisant accroire une possible compensation à l’imperméabilisation des sols et à une modalité de lutte contre l’appauvrissement de la biodiversité.

Mais quel est le sens et l’étendue de cette durabilité ? Certains aspects de la soutenabilité des systèmes urbains et plus largement des territoires ne sont-ils pas occultés dans ces nouveaux récits de politique publique ? Comment sont traitées les irréversibilités aux atteintes à l’environnement si caractéristiques de l’aménagement et du mode de vie urbain ? A quelles échelles doit-on juger de la pertinence et de l’efficacité de ces solutions à la fois d’un point de vue social et environnemental ? 
Le séminaire aura pour but de réfléchir à la manière dont la relation humains/non humains est construite dans la production de ces « nouveaux » artefacts urbains, ce qu’elle laisse entrevoir de la manière de considérer la nature dans un milieu qui lui a longtemps été considéré comme hostile. Quelles représentations d’une nature « retravaillée » ces objets contribuent-ils à faire exister dans l’espace urbain ?

Exposés :

  • Léa Tardieu, économiste de l’environnement au CIRED présentera le projet de recherche IDEFESE (https://idefese.wordpress.com/)
  • Julie Gobert, chercheuse associée en géographie et urbanisme au LEESU, présentera les résultats d’une recherche menée dans le cadre d’un projet INTERREG Cli’ability (2016-2019)

Le débat sera animé conjointement par José-Frédéric Deroubaix (chargé de recherche au LEESU) et Julie Gobert (chercheuse associée en géographie et urbanisme au LEESU).

Date et horaire : Lundi 28 septembre 2020 – 9 h 45 | 16 h 30

Adresse : 14-20 Bd Newton – 77447 Champs-sur-Marne – Bâtiment Bienvenüe – Plot A – Salle A301


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search