Soutenance de thèse de Nesrine AZIZI : « Architecture et urbanisme modernistes en fin d’Empire : Le cas de la reconstruction de Bizerte par Bernard Zehrfuss entre Empire colonial et Union Française (1943-1947) » – 26 novembre 2020

Soutenance de thèse de Nesrine AZIZI : « Architecture et urbanisme modernistes en fin d’Empire : Le cas de la reconstruction de Bizerte par Bernard Zehrfuss entre Empire colonial et Union Française (1943-1947) »

Cette soutenance de thèse ne sera pas publique.

Université Paris-Est
Ecole doctorale « Ville, Transports et Territoires »
IPRAUS/AUSser

Date : 26 novembre 2020 à 14h.

Membres du jury

Karen Bowie (directrice de la thèse), Pr HDR, ENSA Paris La Villette
Jean-Pierre Frey, (Examinateur), Pr HDR Émérite, École d’Urbanisme de Paris, Université Paris-Est Créteil.
Hélène Vacher, (Rapporteure), Pr HDR Emérite, ENSA Nancy.
Gilles-Antoine Langlois, (Rapporteur), Pr HDR, ENSA Paris – Val de Seine.
Benoît Pouvreau, (Examinateur), Docteur en histoire de l’architecture, Chargé de Mission Service Patrimoine Culturel Conseil General Seine Saint-Denis.

Résumé de la thèse

Réinscrivant la Tunisie dans l’histoire du Second Empire Colonial Français dans sa phase finale, cette thèse s’intéresse à la reconstruction, sous l’égide de l’architecte français Bernard Zehrfuss, de la ville militaire de Bizerte à l’ère du démantèlement de l’Empire colonial français. Elle ambitionne de lever le voile existant  sur  une  reconstruction  moderniste  élaborée  au  nom  de  l’Empire, paradoxalement au moment même de son déclin. Malgré son importance, cette reconstruction n’est mentionnée que relativement rapidement dans l’historiographie. Elle est pourtant une question d’Empire, et comme Albert Laprade l’écrira bien dans l’Architecture d’Aujourd’hui en 1945, elle déborde le cadre de la Tunisie. Elle serait selon plusieurs auteurs la cause de la fin de la mission de Zehrfuss en Tunisie. Pour cerner les contours de cette reconstruction, nous avons procédé à une enquête croisant une partie des archives du Service d’architecture et d’urbanisme disséminées entre les Archives Nationales de Tunisie et différents fonds d’archives conservés à l’Institut Supérieur de l’Histoire du Mouvement national en Tunisie, avec d’autres fonds d’archives conservés en France, notamment, aux Archives Nationales de Pierrefitte- Sur- Seine, les fonds de l’ENA et le fonds d’E. Claudius Petit. Ces documents nous ont permis d’éclairer les mécanismes de cette reconstruction à travers les péripéties du processus de fin d’Empire que nous divisons en deux phases : le temps de l’Empire et le temps de l’Union française. Au temps de l’Empire ce projet de ville impériale prend toute sa légitimité et frappe par la magnificence et la grandeur des plans d’urbanisme moderne conçus spécialement par Zehrfuss, malgré un contexte de crise économique et de pénurie de matériaux. Derrière ce que nous avons appelé l’idéologie de l’ostentatoire, se dessine un projet politique qui, par le biais de cette reconstruction, cherche à intimider et à se faire craindre, dans un contexte marqué par une  perte  d’autorité,  un  possible  établissement  de  l’A.M.G.O.T  (Allied Military Government of the Occupied Territories), et la montée du nationalisme tunisien depuis l’invasion allemande. Il n’en est pas de même à partir d’octobre1946, date officielle de la fin de l’Empire et de la création de l’Union française. Cette nouvelle phase de la vie du Second Empire Colonial Français, coïncide avec un revirement notable dans la politique de l’ostentatoire, désormais considérée comme obsolète et contre-productive, voire dangereuse. Rendant caduc à terme l’existence du Protectorat et par ricochet inutiles pour la France de lourds investissements pour le projet de la ville de Bizerte, dans un pays promis à l’indépendance, l’Union française, point de basculement, sera à l’origine d’une nouvelle doctrine plus pragmatique. Cette doctrine se veut dans l’apparence, être plus humaine et se rapprocher le plus possible des doléances des sinistrés, mais ne fait en réalité que concrétiser la politique du retrait impérial. Il s’agissait pour les autorités françaises de se délester de la politique de prestige opérée au temps de l’Empire afin d’assurer à Bizerte, dans une démarche on ne peut plus pragmatique, l’imprescriptibilité du droit de la France sur la base militaire et ce même dans une perspective d’une Tunisie indépendante. L’étude montre alors comment le projet d’urbanisme de Bizerte s’est finalement façonné en fonction de cette nouvelle doctrine et de ce nouveau contexte  géopolitique,  mais  aussi  des  enjeux  d’intérêts industriels, économiques et sociaux. Contexte qui a finalement contraint la France à revoir ses ambitions et par conséquent à rétrécir, puis à geler et enfin sacrifier le projet de reconstruction de Bizerte mettant ainsi en porte – à – faux les projets grandioses d’urbanisme conçus par Zehrfuss.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search