[Visio-conférence] Colloque « Espaces à saisir : Interstices et communs urbains. La ville à l’épreuve de l’interdisciplinarité » – Université de Tours – 10 et 11 décembre 2020

Le colloque aura lieu en visio-conférence.
Pour participer au colloque : s’inscrire sur le site avant mercredi 9 décembre à 10h et ainsi accéder aux liens Internet vers les différentes sessions du colloque en ligne : Cliquez ici

Accédez au site pour prendre connaissance des organisateurs, programme, présentation : cliquez ici

Présentation générale

Dans le cadre de l’axe « villes et études urbaines » de la Maison des sciences de l’Homme Val-de-Loire, un groupe de chercheuses et chercheurs relevant de différentes disciplines et de plusieurs laboratoires se propose d’organiser un colloque international intitulé « Espaces à saisir : Interstices et communs urbains ». Le but de ce colloque consiste à échanger sur les méthodes et les cadres théoriques dont les différentes disciplines de sciences humaines et sociales disposent pour étudier ces espaces, en alternant conférences plénières et sessions thématiques. Toutes les villes, depuis leur origine, comprennent des lieux ambigus, à la fonction ou au statut incertains ; des lieux qui brouillent et questionnent les limites instituées, interrogent la distinction public/privé, le rapport centre/périphérie. L’étude de la « fabrique » de la ville se focalise sur les processus de production formelle, orchestrés par les pouvoirs publics. Elle s’intéresse peu aux espaces interstitiels, périphériques, délaissés, disqualifiés, en attente d’assignation et aux processus d’appropriation collective dont ils peuvent être l’objet. Ces lieux méritent pourtant notre attention. Qu’ils soient vides ou occupés, bâtis ou non, ces lieux sont convoités, menacés, occupés… Ils peuvent (re)devenir communs ou cesser de l’être. Espaces à prendre, ils sont donc aussi à saisir intellectuellement. Car ces lieux participent depuis toujours à la transformation des villes et invitent à porter sur elles un regard attentif aux dynamiques informelles, aux régulations qui procèdent de l’usage, mais aussi à des processus d’institutionnalisation qui échappent à l’Etat. Ils sont aussi une voie heuristique pour confronter les regards disciplinaires relatifs à la ville : approches historique, sociologique, géographique, juridique, littéraire, philosophique…

Programme

Accédez au programme : cliquez ici

Contribution membre UMR AUSser

Kawtar Samih (AHTTEP/AUSser) : « Les interstices habités à Casablanca : l’ordre et la variété des espaces »
Notre recherche offre la possibilité de saisir un ensemble de dynamiques et de mutations architecturales, urbaines et territoriales dans l’entre-deux de la périphérie de la ville de Casablanca. Elle appréhende les lignes de tension et d’ambivalence entre l’espace informel bidonvillois et l’espace réglementaire de relogement. Le lieu réflexif de notre analyse, son espace-temps est celui de l’habiter. L’objectif est de révéler des espaces interstitiels contextualisés, pour ainsi déterminer dans quelles mesures cela participe à la formation de la métropole de Casablanca et au développement de l’habitat populaire local.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search