[Parution en ligne] “Enseignants et enseignements au cœur de la transmission des savoirs” / Armelle Le Goff et Christiane Demeulenaere-Douyère (dir.), Editions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2021

“Enseignants et enseignements au cœur de la transmission des savoirs” / Armelle Le Goff et Christiane Demeulenaere-Douyère (dir.), Editions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2021, Collection Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques
Publication sur OpenEdition Books : 18 janvier 2021

Accédez au document en ligne : Enseignants et enseignements au cœur de la transmission des savoirs

Présentation

Ce recueil est consacré à la question de la transmission des savoirs abordée non pas comme un transfert individuel, de personne à personne, dans le cadre de la famille ou de l’atelier, mais comme un système formel combinant de façon plus structurée un ou des enseignements. Cette problématique a fait l’objet de très nombreuses conférences, d’une extrême diversité, présentées lors du 143e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques tenu à Paris, en 2018. Leur point commun est principalement de s’interroger sur la transmission des savoirs par l’enseignement, son éventuelle formalisation, ses acteurs, ses méthodes et ses outils, voire ses enjeux.
Le Congrès national des sociétés historiques et scientifiques rassemble chaque année universitaires, membres de sociétés savantes et jeunes chercheurs. Ce recueil est issu de travaux présentés lors du 143e Congrès sur le thème « La transmission des savoirs ».

Contribution membre UMR AUSser

Estelle Thibault (IPRAUS/AUSser) : Lawrence Harvey ou d’une langue à l’autre : la formation européenne d’un élève architecte dans la seconde moitié du xixe siècle
Résumé : Quels sont les vecteurs de la transmission des savoirs architecturaux dans l’espace européen de la seconde moitié du xixe siècle ? Le parcours de Lawrence Harvey, citoyen anglais né à Genève, étudiant au Polytechnikum de Zurich de 1864 à 1867 puis à l’École des beaux-arts de Paris de 1868 à 1872, avant d’exercer à Londres, permet d’observer la circulation des idées à différentes échelles : échanges entre élèves, correspondances familiales, publications dans la presse. À Zurich, la difficulté d’étudier dans une langue encore mal maîtrisée lui impose des efforts supplémentaires pour assimiler les connaissances, par le biais de transcriptions d’abord partagées dans le cadre familial. Depuis Paris, alors qu’il est encore élève, il utilise ses compétences linguistiques pour faire connaître en Angleterre des théories et méthodes pédagogiques développées sur le continent.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search