[En ligne/A revoir] Visionnez la conférence Journée d’étude Architecture et méditerranée « Patrimoine, projets et tourisme dans la ville méditerranée » du lundi 30 novembre 2020

Cette journée d’étude avait pour Comité d’organisation Jérôme Habersetzer, Mazen Haïdar, Fabienne Louyot, Virginie Picon-Lefebvre et Comité scientifique de Virginie Picon-Lefebvre, professeur HCA, chercheure Ipraus/AUSser, Thierry Mandoul, maitre de conférence, chercheur Acs/AUSser, Philippe Prost, professeur TPCAU, chercheur Ipraus/AUSser, Mazen Haïdar, architecte du patrimoine, doctorant en architecture Ahttep/AUSser, Maroun El Daccache, professeur et directeur de l’école d’architecture LAU.

Retrouvez en ligne, le déroulé de cette journée avec les différentes interventions : cliquez ici

Accédez à l’annonce de la présentation de cette journée : cliquez ici

Présentation

Cette journée se propose d’explorer les relations entre les transformations de l’espaces public, du bâti existant et les constructions nouvelles dans la ville méditerranéenne contemporaine.
On s’intéressera également aux pratiques et aux usages des habitants et touristes ainsi que les appropriations de l’espace. Dans ce cadre large, on voudrait favoriser les échanges entre praticiens et chercheurs sur trois thèmes pour structurer notre approche.
Premièrement, interrogeant les formes que prennent les projets qui adaptent l’espace de la ville et ceux de l’habité à des usages contemporains, nous nous intéresserons à la prise en compte des pratiques d’appropriation. Si ces pratiques historiquement ont été progressivement limitées, réglementées et financiarisées, elles n’en constituent pas moins les ferments de la dynamique urbaine caractéristique des villes méditerranéennes, elles informent également sur les capacités concrètes de réécrire et régénérer le patrimoine avec des moyens financiers souvent limités.

Nous aborderons également le sujet du changement d’usage du patrimoine vacant qui n’est pas propre à la ville méditerranéenne, mais qui prend dans le contexte d’investissements publics limités, un caractère particulièrement crucial, dans la mesure où l’on sait que ces structures ou ses bâtiments ont menacés de disparaître s’ils ne trouvent pas d’usage.

Enfin, nous aborderons les effets de la transformation du patrimoine existant, comme ceux de la production architecturale et urbaine contemporaine. On s’interrogera sur la perte d’identité et d’authenticité du fait de la standardisation de l’offre résidentielle ou de programmes exclusivement commerciaux et de la ségrégation sociale et spatiale qui s’en résulte


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search