[Visio-conférence] Soutenance de thèse de doctorat de Franck Houndégla : « L’immeuble mixte, dispositif architectural vecteur de transformations du paysage urbain de villes africaines. Cas d’étude au Bénin » – IPRAUS/AUSser (ENSA Paris-Belleville) – 4 mars 2021

Franck Houndégla soutient sa thèse de doctorat en architecture : « L’immeuble mixte, dispositif architectural vecteur de transformations du paysage urbain de villes africaines. Cas d’étude au Bénin » sous la co-direction de Nathalie Lancret (IPRAUS/AUSser) et Noël Diogo (Université d’Abomey-Calavi -Ecole polytechnique)
Ecole Doctorale : VTT – Ville, Transports et Territoires
Laboratoire d’accueil : UMR AUSser/IPRAUS – Institut Parisien de Recherche Architecture Urbanistique Société (ENSA Paris-Belleville)
Date : 4 mars 2021, 13h

Le public pourra suivre en visio via un lien qui sera envoyé sur demande à l’adresse mel : atelier@franckhoundegla.com

Membres du jury

  • Rapporteur(s) : Jérôme CHENAL (Université Mohammed VI), Emmanuel AMOUGOU (Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-La Villette)
  • Examinateur(s) : Monica CORALLI (Ecole africaine des métiers de l’architecture et de l’urbanisme -EAMAU), Cristiana MAZZONI (directrice UMR AUSser, Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville), Dominique MALAQUAIS (Institut des mondes africains -CNRS), Joseph ADANDÉ (Université d’Abomey-Calavi)
  • Co-directeur(s) : Nathalie LANCRET (IPRAUS/AUSser, Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville), Noël DIOGO (Université d’Abomey-Calavi -Ecole polytechnique)

Résumé

La pratique régulière de villes d’Afrique subsaharienne révèle des paysages en transformation rapide marqués par l’évolution des formes architecturales et urbaines, l’apparition de nouvelles esthétiques urbaines et la mutation des modes de vie citadins. La recherche porte sur la transformation la rue, dans son esthétique, sa spatialité et ses usages sous l’effet des nouvelles pratiques de construction populaire. Notre terrain d’étude est la conurbation littorale du sud-Bénin structurée par Cotonou et Porto-Novo, espace métropolisé marqué par une expansion urbaine rapide, une densification progressive des formes urbaines, et d’intenses mobilités quotidiennes. Un dispositif architectural nous apparaît central dans ces transformations : l’immeuble mixte. Ce bâtiment privé produit en autopromotion, généralement financé, bâti puis occupé progressivement, et réalisé sans l’intervention d’un architecte, combine espace marchand sur rue et espace résidentiel aux étages. Nous faisons l’hypothèse qu’il est vecteur de renouvellement architectural et de transformations urbaines, et révélateur d’évolutions culturelles, techniques et économiques. Notre recherche explore les relations entre l’objet bâti et le paysage urbain. Ces deux échelles et registres d’analyse permettent de questionner la nature des transformations architecturales et urbaines dont il est porteur, les ruptures et continuités avec les héritages architecturaux et urbains qu’il donne à lire, et les nouveaux référents qu’il convoque. Nous interrogeons également la part des choix et du hasard dans la matérialité construite et l’esthétique produite, et la façon dont les usages marchands et résidentiels sont renouvelés par ces transformations architecturales et urbaines. Les observations et analyses nous montrent que l’immeuble mixte est support de nouvelles expressions architecturales et stylistiques qui sont à l’origine de nouvelles formes d’éclectisme architectural, et, par sa diffusion urbaine, il est moteur de transformations spatiales et esthétiques du paysage de la rue et des formes urbaines.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search