Décès de Pierre Pinon

Nous avons appris avec beaucoup d’émotion, la mort de Pierre Pinon.

Il avait rejoint l’ENSA de Paris-Belleville en 1997 à la suite de la fermeture de l’Ecole d’architecture de la Défense et y a été professeur jusqu’à sa retraite, en 2013. Il y avait retrouvé alors Bernard Huet, Bruno Fortier et Antoine Grumbach avec qui il avait animé à l’Institut français d’architecture, le séminaire Paris comme forme urbaine, dans les années 80. A Belleville, il a été après Bernard Huet, responsable scientifique du certificat d’études approfondies en architecture -CEAA- Architecture urbaine et a participé aux enseignements du CEEA Architecture et villes orientales puis du diplôme d’études supérieures spécialisées -DESS-  Villes orientales. Il était co-responsable avec Alain Borie de l’atelier sur la Turquie. Il a également enseigné dans le cadre de la formation au diplôme d’études approfondies -DEA- Projet architectural et urbain : Théories et dispositifs et a encadré de nombreuses thèses. En master, il a participé au séminaire L’Art du projet et a dispensé un cours optionnel sur l’architecture en Turquie. Il est resté, après son départ à la retraite, chercheur associé au laboratoire Ipraus.

Historien des villes, spécialiste de l’architecture des XVIIIème et XIXème siècles, Pierre Pinon était membre de la Commission nationale des monuments historiques, président-fondateur de l’Association française des historiens de l’architecture, membre du Comité français d’Histoire de l’art et de la Société française d’Histoire urbaine. Il est l’auteur d’un grand nombre d’ouvrage sur Paris.

Chercheur et enseignant aux intérêts et aux curiosités multiples, Pierre Pinon a contribué à la redécouverte de l’architecte néo-classique Pierre-Antoine Pâris, qui fût, comme lui, pensionnaire à la Villa Médicis et à qui il a consacré sa thèse de doctorat. Auteur de très nombreuses publications, Pierre Pinon a marqué des générations d‘étudiants à qui il a transmis son savoir et son engagement au service de l’histoire de l’architecture et de la ville.

S’associant à la peine de son épouse et de ses proches, les enseignants de l’ENSA de Paris-Belleville, les chercheurs du laboratoires Ipraus, ses anciens collègues, et l’ensemble de l’équipe administrative de l’Ecole, souhaitent exprimer leur gratitude envers ce grand passeur de l’Histoire de l’architecture française qui vient de nous quitter.

François Brouat, Directeur de l’ENSA de Paris-Belleville


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search