[En ligne] Rencontre « Architecture et agriculture : quels chantiers communs ? » / Sébastien Marot (OCS/AUSser), Julien Choppin, Marin Schaffner, animée par Marin Schaffner

La troisième édition de Chantiers communs s’est ouvert par une conversation à quatre voix sur les pratiques architecturales et agricoles, historiquement liées, et la nécessité de les repenser et de les reconnecter aujourd’hui en vue d’adapter nos territoires aux enjeux écologiques et sociétaux.
Ce cycle de rencontres et de discussions est organisé par la Maison de l’architecture de Normandie à Caen.

Accédez à l’annonce : ARCHITECTURE ET AGRICULTURE, QUELS CHANTIERS COMMUNS ?

Intervenants

Avec Sébastien Marot (OCS/AUSser), philosophe et professeur d’histoire environnementale, Julien Choppin, architecte cofondateur d’Encore Heureux (La Grande Halle à Colombelles) et actuellement en formation en Normandie pour devenir paysan-boulanger, et deux jeunes diplômés en architecture : Arthur Dietrich, formateur au sein de la coopérative L’Atelier Paysan, et Jacques Delamarre de retour de plusieurs années passées auprès de David Holmgren, fondateur de la permaculture.
Une rencontre animée par Marin Schaffner.

Présentation

Après des siècles de connivence, l’architecture et l’agriculture semblent, ces dernières décennies, avoir été détachées l’une de l’autre, radicalement transformées par une industrialisation progressive devenue massive. Alors que leur essence même, à toutes deux, est d’accueillir et célébrer la vie, elles ont petit à petit perdu leurs liens à la terre et aux vivants, pour se développer hors-sol. Espaces artificialisés, objets architecturaux standardisés, élevages ou cultures intensives, les productions issues de ces pratiques contribuent chacune à leur manière à la destruction des milieux et à l’épuisement de leurs richesses.

Depuis les années 70 pourtant, des femmes et des hommes, et parmi eux, des paysannes et paysans, comme des architectes, urbanistes ou paysagistes, s’inspirent des lois du vivant pour imaginer et développer des coopérations nouvelles. Ils redessinent nos manières de cultiver et de bâtir. C’est le cas des communautés du mouvement de la permaculture, fondé par David Holmgren et Bill Mollisson en Australie, présentes maintenant partout dans le monde. Dans le sillage de leur approche systémique et globale, de nombreuses alternatives voient le jour, et contribuent à réparer nos milieux tout en préfigurant des possibles répondant aux enjeux écologiques et sociaux.

Dans la continuité de cette histoire commune, quels scénarios pourraient aujourd’hui relier de façon durable agriculture et architecture ? Pourquoi les relations entre villes et campagnes, et celles entre urbanisme et agriculture, sont-elles devenues aussi décisives ? Pourquoi des architectes ou jeunes diplômés en architecture font désormais le choix de nouvelles coopérations en s’associant avec des paysans dans des actions de terrain ? Comment ces visions et postures redéfinissent nos modes de vie et quelles perspectives ouvrent-elles ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search