[Visio-conférence] Soutenance de thèse sur travaux de Agnès Sinaï : “Des Biorégions dans l’Anthropocène : Enjeux de la réparabilité des territoires” – Université Paris-Est – 8 avril 2021

Agnès Sinaï soutiendra Jeudi 8 avril 2021 à 14h, dans le cadre de l’École Doctorale de Paris-Est, sa thèse sur travaux intitulée “Des Biorégions dans l’Anthropocène : Enjeux de la réparabilité des territoires”.
Ecole Doctorale : VTT – Ville, Transports et Territoires
Laboratoire d’accueil : EA Observatoire de la condition suburbaine
En vue de l’obtention du diplôme de Doctorat en “Aménagement de l’espace, Urbanisme”
Directeur de thèse : 
Sébastien MAROT, historien de l’environnement, professeur à l’Eav&t, membre OCS/AUSser
Thierry Paquot, philosophe, professeur émérite à l’Ecole d’urbanisme de Paris, Université Paris-Est

La soutenance pourra être suivie en direct sur Youtube: https://youtu.be/_GAqKRdwfDM

Membres du jury

Résumé

Les métropoles actuelles sont conçues dans le cadre d’une vision holocénique : elles se vivent dans la continuité de leur modernité qui postule l’illimitation et l’abondance des ressources dans le cadre de conditions climatiques stables. L’époque de l’Holocène, qui a coïncidé avec celle de la sédentarisation et de l’émergence des pratiques agraires ainsi que l’effacement des chasseurs-cueilleurs, a débouché sur la modernité fossile qui a permis l’avènement des métropoles actuelles. Mais un basculement s’est produit, incisant cette apparente continuité moderniste. Ce basculement, c’est l’irruption de l’Anthropocène. Ce néologisme opère une brèche dans nos visions continuistes. En donnant la mesure de l’accélération de la transformation de la Terre causée par les sociétés industrielles, il suggère un changement d’échelle temporelle et spatiale, un basculement systémique bien plus qu’une simple crise écologique. La nécessité de se relier au local implique de recontextualiser l’urbain et le suburbain dans les ressources immédiates, en particulier hydrauliques et énergétiques. La biorégion est-elle la clé de cette nouvelle échelle ? Aujourd’hui, les morphologies urbaines répondent aux règles décontextualisées et fonctionnelles de la civilisation des machines et des combustibles fossiles où le territoire n’est plus qu’un simple support technique. Ainsi jusqu’à présent, la dynamique des métropoles a reposé sur l’importation d’hectares fantômes, c’est-à-dire d’énergies et de matières lointaines. Que reste-t-il des seuils et des limites à l’époque de l’Anthropocène ? Le point de départ de ma réflexion s’ancre dans une sidération : la découverte d’un changement d’époque, d’une accélération dans laquelle nos sociétés sont aspirées, d’une brisure définitive avec le monde stable de l’Holocène. Toute la difficulté est de penser au-delà de l’écrasement de cette prise de conscience afin de faire advenir des politiques de l’Anthropocène à l’échelle des territoires terrestres. Le questionnement qui parcourt ma recherche tourne autour de la question d’autres mondes possibles dans celui-ci. Est-il envisageable de faire surgir aujourd’hui des éléments de réparation sous la forme de niches écologiques biorégionales dans la métropolisation globale ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search