Appel à articles pour la revue FACES 80 : « Voisinage » (date limite : 30 juin 2021)

Le thème du prochain numéro de la revue Faces (n°80, automne 2021) couvre une notion à connotation sociologique : le voisinage.

Accédez à l’annonce : cliquez ici

Présentation

En revenant sur le sens du « veisin – celui qui demeure près d’un autre » (Geoffroi Gaimar, 1140, Hist. des Anglais, éd. A. Bell, 5964), cette notion nous fait nous interroger sur l’échelle du commun (ou des figures spatiales stabilisées pour penser la vie ensemble) – remettant en jeu d’autres notions comme le quartier, la ville, etc. Le voisinage est une approche qui se veut plurielle et multiscalaire de la ville. La planification par le haut (en plan) et par le relief (plan-relief, maquette urbaine) a marqué l’urbanisme des xixe et xxe siècles. Elle instaure un ordre que l’on pourrait définir comme « froid », fait de systèmes d’espaces pensés dans leur bonne succession et hiérarchisation. Ce numéro de Faces va plutôt s’intéresser à la dimension chaude et dispersive du vivre-ensemble, reposant sur les interactions, les frottements, les ambiguïtés des limites, le floutage, la mixité, des « scènes de résistance ». Un droit à la ville fait d’appropriations habitantes et de réinvention des manières de coexister, posant à la fois des questions d’hospitalité et de demeure, de différence et de commun.

Cette pensée renouvelée du voisinage passe par un nécessaire changement de paradigme, en dépassant l’idée que pour « garantir » (Breviglieri) une bonne ville, il suffit d’affiner le calcul des flux, d’assurer l’accès fonctionnel et performant aux services, ou encore de mettre en place des cadres de vie « qualitatifs » répondant aux besoins des habitants. Autant d’éléments d’un arsenal notionnel positiviste, lié au façonnage de nos vies et nos désirs imposé par le capitalisme tardif de type émotionnel, mais qui nous vient de plus loin, peut-être de savoirs et de théories comportementalistes des années 1960. Dans les écrits des sociologues urbains des années 1930, à Chicago, la question du voisinage, la pensée de la ville, est une attention à l’expérience du migrant, à la place accordée à l’étranger, aux rapports complexes entre anonymat et familiarité, aux tensions qui naissent, et aux dispositifs médiatiques, techniques, architecturaux qui permettent de demeurer ensemble et de faire société. Dans les sociologies des luttes urbaines, celles que contribuent à fonder les travaux de Henry Lefebvre, on déplace le regard vers les mobilisations collectives. Jane Jacobs, entre autres, poursuivra l’étude d’une ville à partir des dynamiques de proximité, nous permettant de penser l’urbanisme à partir de ses effets politiques, son pouvoir d’émancipation et d’oppression sur le quotidien des habitant·e·s. L’un dans l’autre, le regard se porte moins sur l’établissement scrupuleux des programmes et des bonnes formes que sur les processus et les médiations, les immersions et les marges de manœuvre. Ce numéro de Faces veut essayer de montrer comment le repli sur la variété des programmes et des gabarits – qui ne fait que perpétuer la domination de la vue sur la pensée de la diversité – ne suffit plus à définir la matière épaisse des coexistences. Il faut retrouver les autres sens et épaissir l’espace et les limites ; faire retour à la dialectique guattaro-deleuzienne du striage et du lissage ; exhumer l’invu merleau pontien qui précède le perçu et qui est en attente de sens.

Les outils pour penser l’échelle du vécu et de l’expérience sont plus proches, nous semble-t-il, de l’anthropologie et de la sociologie. Il n’y a pas d’espace collectif sans un réglage des coexistences qui passe par les langues et les rituels, les règles et les familiarités, mais aussi les seuils et les objets où se façonnent les formes fragiles et difficilement codifiables des voisinages. Dès lors, l’espace du voisinage serait, peut-être, le lieu d’un possible qui échappe précisément à toute planification. Comment le penser ?

Luca Pattaroni, guest editor.
Paolo Amaldi.

Modalités

• 30 juin 2021, date de soumission d’un abstrait (maximum 5 000 signes), accompagné
d’une courte présentation de l’auteur (500 signes) ;
• 15 juillet 2021, annonce d’une sélection des propositions par le comité scientifique ;
• 1er septembre 2021, soumission des articles complets (maximum 25 000 signes, sans
notes). Les articles parvenus ne seront pas forcément tous retenus. Ils feront l’objet d’un deux-
2/4 ième examen par le comité scientifique et le comité de rédaction dans les 15 jours ; Prenez note
qu’à ce stade le comité peut faire des demandes de réécriture à brève échéance et que l’article
sera publié en Français.
• 30 novembre 2021, publication des articles retenus.

Les propositions peuvent être envoyées en français ou en anglais à l’adresse :
info[at]facesmagazine[dot]ch.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search