Article de Loup Calosci (AHTTEP/AUSser) : « Voyage en Arcadie nord-américaine : L’expérience de la recherche d’un doctorant aux États-Unis »

Article de Loup-Marie Calosci (AHTTEP/AUSser) : « Voyage en Arcadie nord-américaine : L’expérience de la recherche d’un doctorant aux États-Unis »

Résumé

Une sorte d’égo histoire de la recherche explore les processus de la recherche sur le terrain et dans les archives. Nous explorerons la part sensible de ces recherches aux États-Unis, de ces apports dans notre développement personnel et professionnel. Tant du point vu de la maturation sur notre recherche que de notre vision de la recherche à l’international. Cela nous conduit à la problématique suivante : comment s’engagent ces deux degrés de transfert culturel dans la construction d’une thèse en architecture ?

Mots clés : Sérendipité, Transferts culturels, Villes nouvelles, New Communities, Archives, États-Unis.  

Introduction

À l’instar du développement de la réflexion sur la thèse, nous pourrions formuler le déroulement de cet article par l’intermédiaire du plan dialectique : hypothèse, thèse, antithèse et synthèse. Et nous pourrions en déduire en conclusion par la formule attribuée à Aristote que «le tout est plus que la somme de ses parties », c’est-à-dire que chaque notion du plan ferait l’objet d’une partie à part entière et indépendante, mais qui ne se comprendrait de manière globale que si elle est prise dans son ensemble. La recherche n’est pas un exercice à la progression linéaire, mais nécessite de perpétuels retours en arrière, que ce soit par la lecture de documents d’archives ou d’ouvrages. Elle nous fait prendre souvent des chemins de traverse qui peuvent nous mener plus loin que nous l’avions imaginé, parfois dans une impasse, parfois à des cas de conscience sur notre propre recherche, mais dont le cheminement nous transmet de nouvelles connaissances, de nouvelles méthodes de recherche et de réflexion sur notre enquête.

James W. Rouse et la maquette de Columbia (MD), 22 Décembre 1966. Auteur : John Leongard, Life Photo Collection

Telle une histoire qui se déroule sur cinq ans de recherche, il y a eu un avant, un pendant et un après. L’explicitation de l’évolution d’un questionnement pourrait se découper comme suit :

Dans un premier temps, une vision idéalisée du terrain, des lieux d’études et de leurs apports dans notre recherche, cette Arcadie nord-américaine un peu fantasmée comme un lieu idéal et mythique. Un temps d’aprioris et d’idées reçues, un temps de préparation aux voyages vers un inconnu malgré tout familier.

Dans un second temps, celui d’une forme d’acculturation épistémologique. C’est à la fois la découverte d’un nouvel espace-temps, d’une autre aire culturelle dans l’approche de la recherche et de sa mise en contexte ainsi que dans sa circulation. Une assimilation qui a eu pris dans notre conscience critique, mais aussi par une osmose inconsciente de normes et de modèles tant du point de vue de la pratique de la recherche que du point de vue de la mise en œuvre d’une exploration des multiples ressources des territoires étudiés.

En troisième lieu, il s’agit de la suite instinctive logique de cette acculturation qui prend son origine dans des espaces géographiques particuliers. C’est donc à la fois une adaptation, un glissement, une transition sensible et progressive de la réflexion sur la thèse et sur soi.

Accédez à l’article


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search