Présentation de La chaire “Acclimater les territoires post-miniers” et du réseau international sur le Post-minier

Un réseau international sur le Post-minier

Les territoires de l’après-mine, nés d’une économie sectorielle destructrice au plan écologique, portent les stigmates d’un mode de développement insoutenable, avec les effets duquel il faut encore composer. Les équipes de recherche travaillant sur le sujet sont nombreuses de par le monde et les angles d’approche d’une grande diversité, mais ce réseau international sur le post-minier, relève le défi de réunir des équipes de recherche, des acteurs et des pédagogues du monde entier, impliqués dans les domaines de la conception (architecture, urbanisme, paysage, art…).

La chaire “Acclimater les territoires post-miniers”

Ce réseau international s’appuie sur la chaire « Acclimater les territoires post-miniers » labellisée « architecture et innovation par le Ministère de la Culture » en janvier 2020. Envisagée comme une structure ouverte d’interaction locale, innovante et expérimentale au croisement des régimes du savoir et de l’action, cette chaire est centrée sur le bassin minier du Nord et du Pas-de-Calais (1,2 millions d’habitants, 250 communes, sur cent vingt kilomètres de long, patrimoine mondial de l’Unesco). Prenant le terme « acclimatation » au sens météorologique mais également social, écologique et économique, elle interroge les outils de conception et les modes de fabrication du projet architectural et paysager, dans des situations qui mêlent enjeux patrimoniaux et dégradation environnementale, précarité énergétique, fragilités sociales, et déclin économique. Ce faisant, elle souhaite expérimenter des outils encore peu développés, par les architectes et les paysagistes, dans la rénovation patrimoniale (co-réhabilitation, auto-réhabilitation, médiation), en lien avec les populations locales.

Cette chaire s’inscrit dans plusieurs des objectifs de la Stratégie nationale pour l’architecture, et plus particulièrement : les processus d’économie circulaire de l’architecture, notamment en lien avec les filières de matériaux bio-sourcés, le logement social économique et adaptable dans le temps et l’espace, la rénovation du patrimoine promouvant la création architecturale contemporaine.

La direction scientifique est assurée par Béatrice Mariolle (membre IPRAUS/AUSser), Professeure HDR TPCAU à l’ENSAPL et Daniela Poli, Professeure Université de Florence avec pour conseil scientifique Elena Cogato Lanza (EPFL) et Alessandra Ponte (UDM)

Autour de l’ENSAPL, les partenaires principaux sont la DRAC Hauts-de-France, la mission Bassin minier, les bailleurs sociaux Maisons-et-Cités et SIA, l’ENSA Clermont-Ferrand, les universités d’Artois, de Louvain, de Mons.

Plaquette de présentation



Citer ce billet
Pascal Fort (2021, 25 juin). Présentation de La chaire “Acclimater les territoires post-miniers” et du réseau international sur le Post-minier. Carnet de veille UMR AUSser. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v12h

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search