Obtention de l’habilitation à diriger des recherches (HDR) par Thierry Mandoul (ACS/AUSser) : « Chandigarh, how can a city be smart ? »

M. Thierry Mandoul ( architecte, maître de conférences ENSA Paris-Malaquais, ACS/UMR AUSser – CNRS 3329) a obtenu son habilitation à diriger des recherches (HDR) : « Chandigarh, how can a city be smart ? »

Membres du jury

  • Virginie Picon-Lefebvre, tutrice de l’habilitation, architecte DPLG, urbaniste ENPC, professeure à l’ENSA Paris-Belleville, HDR, chercheure à l’IPRAUS/UMR AUSser
  • Florian Hertweck, professor, Faculty of Humanities, Social and Educational Sciences, University of Luxembourg
  • Nathalie Roseau, directrice de recherche, professeure École des Ponts ParisTech, chercheure au LATTS
  • Jean-Philippe Garric, professeur d’histoire de l’architecture, Université Paris 1 (Panthéon-Sorbonne)
  • Antoine Picon, professeur  à la Harvard Graduate School of Design, chercheur au LATTS, chercheur au LATTS
  • Pieter Uyttenhove, professor dr. ir.-arch. Theory and History of Urbanism, Ghent University

Résumé du mémoire

Ce mémoire de Hdr est né d’une expérience pédagogique : l’enseignement d’un projet de master sur la ville de Chandigarh. Notre recherche a pris corps à partir du terrain et de sa découverte par la marche avec les étudiants de l’école d’architecture de Paris-Malaquais. Par des dérives successives, nous avons appris dans la ville et de la ville, dans les interactions entre les choses et les faits, entre le monde des habitants et leur environnement. Il s’ensuivit le désir d’appréhender plus scientifiquement Chandigarh, d’interroger le destin de cette cité moderne  qui, de ville de migrants, est devenue soixante-dix ans après sa création une ville exemplaire d’un programme national de développement urbain, Indian’s Smart Cities Mission. Comment une ville peut-elle être intelligente ? Le mémoire formule trois hypothèses à trois échelles (L,M,S). La première énonce que Chandigarh a inventé une forme d’écologie urbaine nourrie par l’artefact tant bâti que végétal, par la substance urbaine de la ville. La deuxième avance que l’hybridation de la modernité du plan et de l’écologie de la ville a façonné une appropriation singulière pour un pays comme l’Inde. La troisième propose l’idée selon laquelle les qualités de la ville en font une ville résiliente qui, dans le contexte du réchauffement climatique saura s’adapter aux crises qui s’annoncent. Trois parties forment le corps du mémoire. La première partie, intitulée « Secteur, un mésocosme pour la vie quotidienne », analyse la réalisation des secteurs comme patterns constitutifs de la grille de la ville et de son organisation spatiale. La deuxième partie, intitulée « Nature urbaine », revient sur l’idée fondatrice de la ville-parc. La troisième partie, titrée « Chandigarh, la main ouverte, d’un urbanisme de plan à un urbanisme de vie », porte sur les pratiques et les usages. Ces trois parties constitueront les chapitres d’un livre collectif à paraître qui en comportera sept.  


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search