Appel à communications – Gustave Courbet, l’atelier sans fin – Colloque international, Ornans, 11-12 mars 2022 (date limite : 10 septembre 2021)

Comité scientifique de l’événement 

Noël Barbe (CNRS), Victor Claass (INHA), Dominique de Font-Réaulx (musée du Louvre), Benjamin Foudral (Musée et Pôle Courbet), France Nerlich (INHA), Isolde Pludermacher (musée d’Orsay), Thomas Schlesser (Fondation Hartung Bergmann), Bertrand Tillier (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Pierre Wat (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Appel

Accédez à l’appel : cliquez ici

Présentation

L’objectif de ce colloque est double : il permettra d’une part de poser la question précise du rapport de Courbet à son ultime espace de travail, et d’interroger à nouveau, à la lumière de recherches récentes, la place cardinale qu’occupe la notion d’atelier dans sa trajectoire d’artiste. De l’autre, le cas de Courbet servira à étendre l’objet des échanges vers la question plus vaste de l’atelier d’artiste du XIXe au temps présent, insérant l’événement dans un champ de recherche particulièrement dynamique. L’atelier y sera abordé dans la diversité de sa topographie, de l’espace intime de création jusqu’à ses alentours. Site de la concentration et de la pratique, voire d’assemblage ou de bricolage, mais aussi espace de formation et de sociabilités, l’atelier pourra en outre être envisagé comme un emplacement stratégique – celui d’un ancrage local déterminant pour le cas de Courbet. Si son Atelier du peintre (musée d’Orsay) le représente dans son atelier parisien en train de peindre un paysage – au point qu’Eugène Delacroix parla d’un tableau faisant « amphibologie » –, l’atelier d’Ornans porte sur ses murs des paysages d’ailleurs, comme pour transgresser les lois du cloisonnement des territoires.

Cet événement se veut pluridisciplinaire envisage d’associer historiennes et historiens de l’art et de la littérature, conservateurs et conservatrices de musées, mais aussi des anthropologues, philosophes ou architectes afin de contribuer à une meilleure compréhension du complexe de l’atelier. Non limitées au seul XIXe siècle mais ouvrant volontairement sur le statut contemporain de cet espace, différentes pistes pourront être explorées durant ces journées, parmi lesquelles :
–          Courbet et la notion d’atelier ; la relation de Courbet à ses espaces de travail
–          L’atelier comme espace intérieur ; le rapport au paysage
–          L’atelier d’artiste comme habitat et espace de sociabilité (flux, visites, échanges, transmissions)
–          L’atelier d’artiste, ses alentours et ses contrepoints (le dedans/le dehors, l’intérieur/la nature, centre urbain/ruralité, le local/le global, l’itinérant/le permanent)
–          L’atelier d’artiste et ses représentations artistiques, musicales, littéraires, cinématographiques (fétiches, mythologies, images, narrations)
–          La patrimonialisation de l’atelier d’artiste (processus, pratiques, muséalisations) ; l’enjeu des musées-ateliers et leur réception ; lieux vivants/mémoriaux
–          Reconstituer/restaurer/faire, renaître/ouvrir/fermer, les enjeux de la rénovation architecturale et muséographique de l’atelier d’artiste

Informations pratiques

Les propositions de communication (2000 signes) accompagnées d’une brève biographie sont à adresser jusqu’au 10 septembre 2021 à Aurélia Channaux (aurelia.channaux @ doubs.fr).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search