Journées d’études « L’architecture au moyen de la fiction. Histoire, théorie et projet » – École d’architecture, de la ville et des territoires Paris-Est, OCS AUSser – 17 et 18 novembre 2021

Coordination scientifique

Alice Carabédian (post-doctorante EUR ArTeC, Université Paris-8), Laurie Gangarossa (ENSA Clermont-Ferrand, doctorante OCS
AUSser, ENSA Paris-Est), Fanny Lopez (ENSA Paris-Est, chercheure associée OCS AUSser, chercheure permanente LIAT, ENSA Paris-Malaquais), Frédérique Mocquet (ENSA Paris-Est, chercheure permanente OCS AUSser).

Présentation

Les journées d’étude L’architecture au moyen de la fiction. Histoire, théorie et projet partent du postulat selon lequel la fiction, comme modalité imaginative organisant l’expérience du réel, activité mais aussi méthode de création, accompagne les mutations des pratiques architecturales contemporaines. Réunissant chercheur.e.s, écrivain.e.s et praticien.n.e.s autour d’objets et de processus variés donnant la priorité au texte, elles visent à explorer la fiction en architecture en tant qu’outil critique d’émergences de formes matérielles et symboliques, dans la sphère de la pratique comme dans celle de la théorie.

Pré-Programme

17 novembre 2021

matin : L’appareil de la fiction comme outil, processus ou métaphore du projet de conception.
Coordination : Frédérique Mocquet
Tout projet architectural, urbain, paysager, présente une dimension narrative, dans sa conception et sa réalisation comme dans sa mise en communication3. Articulant l’espace et le temps, le projet formule la promesse d’une situation qui participerait d’un monde meilleur, en expose le processus d’advenue, tout en étant la voie de sa réalisation. Le projet peut ainsi être entendu comme la fiction d’un potentiel à venir. Certain.e.s praticien.ne.s mobilisent la référence à des oeuvres de fiction pour mener leurs projets et/ou retranscrire un matériel pratique et théorique. Par-delà la référence, nous supposons qu’il existe divers registres, outils, formes de fictions dans ce cadre projectif. Il s’agit ici de les identifier et de les questionner : quelles méthodologies, mais aussi quelles cultures de projet la fiction, en tant qu’imaginaire
et que pratique, induit-elle dans le champ du projet ? Au-delà de la métaphore ou de l’analogie, que produit cette mobilisation du fictionnel dans les pratiques de transformations des environnements façonnés ? Dans notre jeune 21e siècle, quels imaginaires font aujourd’hui oeuvre de déplacement ou de soulèvement, et comment cela se traduit-il dans les différentes étapes de la conception ?

après-midi : Histoires et théories en fictions : l’architecture racontée.
Coordination : Laurie Gangarossa
La fiction se déploie ici dans un rapport dialectique entre littérature et architecture, rendant plus plastiques les usages et représentations des métiers traditionnellement associés aux deux disciplines. D’autres manières de conter les pratiques, les histoires et les théories de l’architecture y sont réhabilitées, bousculant, de manière diachronique et synchronique, les grands récits faisant autorité dans ce champ de
savoir. Dans ces explorations fictionnelles, de nouvelles places et formes sont données aux récits d’expériences, engageant des modalités d’écriture, voire d’oralité, inédites. Ainsi, de quelles manières les postures des architectes auteur.trice.s de fiction, autant que les oeuvres de fiction elles-mêmes, réinventent elles les participations et les réceptions de la culture architecturale ? Considérant les conditions sociétales de ces actes de fictions et ce qui relève en elles du faire, comment définir leurs légitimités et leurs reconnaissances théoriques, leurs qualités littéraires tout comme leurs validités pratiques ?

18 novembre 2021

Les territoires de la science-fiction (SF) : une autre histoire des techniques.
Coordination : Fanny Lopez et Alice Carabédian.
La ville et les futurs urbains utilisent des formes spéculatives pour créer des mondes et des futurs plus durables. Dans le champ des études et de la théorie architecturale et urbaine, la science-fiction, qui est une culture autant qu’un genre particulier, représente un laboratoire et un réservoir encore largement sous exploité en France, à la différence du monde Anglo-Saxon. En lien avec un projet de recherche international (AIMCI 2020-2021) Speculative Fiction for Energy Infrastructure porté par le laboratoire OCS AUSser de l’ENSA Paris-Est, cet axe vise à se focaliser sur les oeuvres créatrices de spatialités énergétiques et de territorialités technologiques alternatives. L’hypothèse de cet axe est que les imaginaires techniques contenus dans cette culture matérielle de l’utopie seraient utiles aux disciplines de l’aménagement. Les chercheures et écrivaines américaines Shelley Streeby4 et Stéphanie Lemenager5 seront les invitées d’honneur de cette demi-journée.

Informations pratiques

Ces journées auront lieu dans les locaux de l’ENSA Paris-Est.
Une procédure d’inscription sera mise en place ultérieurement.
Contact : frederique.mocquet@parisest.archi.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search