Soutenance de thèse de Mazen Haïdar (AHTTEP/AUSser, ENSA Paris-La Villette) : “La réception et les pratiques d’appropriation de l’immeuble résidentiel « moderne » à Beyrouth entre 1946 et 1990” – Paris-Sorbonne – 18 octobre 2021

M. Mazen Haïdar (AHTTEP/AUSser, ENSA Paris-La Villette) soutiendra sa thèse intitulée “La réception et les pratiques d’appropriation de l’immeuble résidentiel « moderne » à Beyrouth entre 1946 et 1990”, effectuée sous la direction de Valérie Nègre, Professeure HDR (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), le 18 octobre 2021 à 14h, Salle Duroselle en Sorbonne, 14, rue Cujas, Paris 75005.

En raison d’une jauge limitée, merci de réserver et de confirmer votre présence à l’adresse : mazen@mazenhaidar.com

Membres du jury

Filippo De Pieri,  Professeur associé (Politecnico di Torino)
Marlène Ghorayeb, Professeure HDR  (Centre de recherche sur l’habitat – LAVUE UMR 7218 CRNS) (rapporteuse)
Valérie Nègre, Professeure HDR  (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) (directrice de la thèse)
Virginie Picon-Lefebvre,  Professeure HDR  (École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville)
Simona Salvo, Professeure associée HDR (Sapienza Università di Roma) (rapporteuse)
Bernard Toulier, Conservateur général honoraire du patrimoine

Résumé de la thèse

La thèse met en relation le développement de l’architecture résidentielle dans la ville de Beyrouth avec la réception et les pratiques d’appropriation de ses habitants, de la fin du mandat français, 1943-1946, jusqu’en 1990, année de la fin de la guerre du Liban. À partir de considérations sur les liens existants entre l’objet architectural et les modes d’usage de l’espace domestique, cette recherche explore une articulation entre « histoire savante », inscrite dans une tradition narrative de l’architecture profondément ancrée et partagée, et « histoire populaire », cernée et construite par les modalités d’usage du logement.

En engageant une réflexion sur le cycle de transformations régulières ou irrégulières de l’immeuble résidentiel, ce travail cherche à reconstituer l’histoire de l’architecture et de la ville de Beyrouth sous l’angle de l’évolutivité et de l’adaptabilité du bâti aux exigences des usagers. Dans le but de contribuer à la connaissance de la ville, la thèse interroge ainsi les origines des mutations ininterrompues du paysage urbain en abordant la production architecturale du XXe siècle dans toute son épaisseur chronologique. À travers une démarche critique, nous analysons l’impact de l’essor de l’industrie du bâtiment des années 1950-1970 sur le regard porté aux constructions de la période ottomane et mandataire, tout comme les divergences entre l’idéal du logement « moderne » et les dynamiques locales d’appropriation.

Cette recherche contribue à l’avancement des connaissances à trois niveaux. D’un point de vue historiographique, elle permet de mettre en valeur un large corpus peu mobilisé dans l’analyse de l’histoire culturelle et sociale de l’environnement bâti à Beyrouth ou dans d’autres villes du Proche Orient. Dans une perspective critique, elle met en évidence la place capitale de l’évolutivité du bâti résidentiel dans l’analyse de la réception de la modernité au Liban. Cette recherche permet finalement d’appréhender la question de la patrimonialisation de l’architecture du XXe siècle à partir d’une compréhension plus profonde de sa stratification et transformabilité, en mobilisant une double approche diachronique et synchronique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search