Appel à communication / colloque « De l’université de Paris aux universités franciliennes » /30 et 31 janvier 2014

Appel à communication :  Colloque international “De l’université de Paris aux universités franciliennes”, 30 et 31 janvier 2014

Modalités de proposition : Les propositions de communications (1-2 pages, comprenant un résumé et une présentation de l’auteur) seront à envoyer avant le 1er mars 2013 à : loic.vadelorge@wanadoo.fr ou stephanie.mechine@ac-paris.fr

Accédez au site internet

Présentation du 2ème axe de réflexion : Le deuxième concerne le patrimoine des universités franciliennes, le terme étant naturellement entendu au sens large. Comment tout d’abord rendre compte de l’histoire architecturale des bâtiments universitaires dans et en dehors de Paris ? Derrière la gestion complexe d’un bâti remontant aux débuts de la Troisième République et à l’Entre-deux-guerres, les créations de nouveaux campus mais aussi les extensions des établissements existants vont mobiliser plusieurs générations d’architectes. Existe-t-il des « typologies architecturales » spécifiques à l’avant et à l’après 1968 ? Comment expliquer les convergences (architecture industrielle) et les divergences (tours de Tolbiac versus architecture horizontale à Nanterre) entre les sites voire à l’intérieur des sites eux-mêmes (centre littéraire versus centre scientifique à Villetaneuse) ? Les universités de villes nouvelles contribuent-elles à renouveler l’architecture universitaire francilienne ? Au-delà de l’univers des formes liées à l’enseignement et à la recherche (amphithéâtres, salles polyvalentes, salles de TP, bibliothèques, laboratoires scientifiques), aux différents types de bâti (campus constitué, IUT et antennes universitaires isolées, centres hospitaliers universitaires, logements étudiants, installations sportives, etc.), des modèles (polyvalence des espaces, placettes, galeries, etc.) ou des contre-modèles (campus de Nanterre) comment rendre compte des usages des nouveaux et des anciens espaces universitaires (le partage de la Sorbonne entre Paris I, Paris III, Paris IV, Paris V) ? Parallèlement à l’architecture, la généralisation de la politique du 1% artistique mise en place en 1951 contribue à augmenter le patrimoine artistique des universités en mettant une série d’œuvres (fresques, murs ou bancs sculptés, bas-reliefs et rondes-bosses en matériaux divers) au contact direct des usagers. L’inventaire de ce patrimoine artistique devenu indifférencié avec le temps est rarement réalisé même si chacun convient de la dimension muséale des sites les plus anciens (fresques de la Sorbonne). Le patrimoine scientifique des universités franciliennes, pris en charge de manière très inégale selon les établissements, débouche sur la question des collections (anatomie, botanique, minéralogie, etc.), embryons de musées universitaires existants (musée d’anatomie de Paris V) ou encore en devenir mais aussi sur la question des archives scientifiques. La constitution récente d’inventaires et d’instruments de recherche constitue de toute évidence une richesse pour l’histoire des universités franciliennes qu’il importe de valoriser à l’occasion du colloque.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.