Soutenance de thèse de Jean-Philippe Degoul : “Une architecture du fragment Architecture, archéologie et monument : réflexions sur la discipline – entre Aldo Rossi et Piranèse” – ENSA de Paris-Belleville – 6 décembre 2021

M. Jean-Philippe Degoul soutiendra sa thèse intitulée “Une architecture du fragment Architecture, archéologie et monument : réflexions sur la discipline – entre Aldo Rossi et Piranèse”, à l’ensa de Paris-Belleville (60 bd de la Villette, 75019 Paris) le 6 décembre 2021 à 14h en salle 12.
sous la direction de Cristiana Mazzoni

Membres du jury

M. Francesco Saverio FERA, professeur, Université de Bologne (rapporteur)
M. Alessandro MASSARENTE, professeur, Université de Ferrare (rapporteur)
M. Jean ATTALI, professeur émérite, ENSA de Paris-Malaquais  (examinateur)
M. Daniel PAYOT, professeur émérite, Université de Strasbourg (examinateur)
Mme Cristiana MAZZONI, (directrice UMR AUSser), professeur, ENSA de Paris-Belleville (directrice de thèse)
Mme Alexandra PIGNOL, professeur, ENSA de Strasbourg (directeur de thèse)

Résumé de la thèse

Cette thèse cherche à interroger la nature disciplinaire de l’architecture à travers la question du fragment. L’hypothèse principale de ce travail est que, depuis son origine à la Renaissance, la discipline architecturale est fondamentalement lacunaire et fragmentaire et qu’elle met au centre de sa construction la subjectivité de l’architecte. A travers l’étude de la pensée théorique d’Aldo Rossi (1931-1997) et l’œuvre gravée de Piranèse (1720-1778), l’objectif est de proposer une définition de la discipline architecturale comme une archéologie poétique, une restitution subjective d’éléments hétérogènes. Dans un premier temps, il s’agit d’identifier les éléments décisifs de la discipline architecturale à travers l’invention de la perspective par Brunelleschi et la première théorie de l’architecture par Alberti et d’explorer leurs relations dans la théorie rossienne de l’architecture et du projet. L’importance de la subjectivité de l’architecte, du monument et de la ville dans la pensée d’Aldo Rossi nous amène à interroger la nature de l’expérience architecturale – son rapport au temps et à la mémoire – à travers la valeur d’ancienneté proposée par l’historien Aloïs Riegl dans son « Culte moderne des monuments » (1903). Cette expérience particulière de l’architecture, entre picturalité et immédiateté, nous conduit à étudier plus précisément l’œuvre de Piranèse : le rapport qu’elle entretient avec l’archéologie et avec l’imagination et l’analogie rossienne. Enfin, à travers une collection de fragments de pensées architecturales, nous questionnons les figures du théâtre (thème important de la pensée rossienne) et de la prison (importante chez Piranèse) et interrogeons la notion de monument comme ruine de la ville comme forme et du projet comme processus.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search