Soutenance de thèse de doctorat en architecture de Christelle Lecœur : “Construction/ Destruction – L’espace domestique comme enjeu territorial du cinéma israélien, libanais et palestinien depuis 1973” – ENSA Paris-Malaquais – 16 décembre 2021

Christelle Lecœur (doctorante ACS/AUSser) soutiendra sa thèse de doctorat en architecture “Construction/ Destruction – L’espace domestique comme enjeu territorial du cinéma israélien, libanais et palestinien depuis 1973” le 16 décembre 2021 à 9h30 à l’ENSA Paris-Malaquais (Amphithéâtre d’honneur des Beaux-Arts de Paris – 14 rue Bonaparte – Paris 6e).
Thèse menée au laboratoire ACS/AUSser de l’ENSA Paris-Malaquais, sous la direction de Jac FOL (Architecte, Philosophe, Professeur émérite, HDR, École nationale supérieure d’architecture de Paris-Malaquais)

La réservation est obligatoire et avoir le passe sanitaire.
Pour vous inscrire : christelle.lecoeur@wanadoo.fr

Crédits d’image : Scène de destruction de l’extension de la maison d’Esther par la police © Lumière de nulle part (Or min ha-hefker), Nissim Dayan, 1973 © DR

Membres du jury

– Antoine de BAECQUE : Professeur, examinateur, École Normale Supérieure
– Éric CHAUVIER : Anthropologue, Professeur, HDR, rapporteur, École nationale supérieure d’architecture de Versailles
– Catherine DAVID : Historienne de l’art et Commissaire d’expositions, Conservateur général des musées de France 
Jac FOL : Architecte, Philosophe, Professeur émérite, HDR, directeur de thèse, École nationale supérieure d’architecture de Paris-Malaquais
– Marlène GHORAYEB : Architecte-urbaniste, Professeure, HDR, rapporteure, École Spéciale d’Architecture, Centre de recherche sur l’habitat- LAVUE UMR 7218 CNRS
Soline NIVET : Architecte, Professeure, HDR, examinatrice, École nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais

Résumé de la thèse

Le Proche-Orient est un territoire aux enjeux complexes et mouvants et soumis à des représentations fortement médiatisées autour du conflit israélo-arabe. Le cinéma s’en fait l’écho, aussi bien à travers la biographie de ses réalisateurs que par les récits qui sous-tendent leurs œuvres de fiction ou documentaires. Cette recherche propose une grille de lecture originale pour interpréter autrement ces territoires marqués par l’exil, à travers le prisme de l’espace domestique et de sa représentation cinématographique, entre 1973 et 2013. L’auteure forme l’hypothèse qu’en s’intéressant à la petite échelle architecturale, celle du logement, et à ce qu’en dit le cinéma, il est possible de réinterroger autrement ces territoires et d’apporter de nouvelles formes de connaissance aussi bien sur les films, les territoires que l’architecture. À travers sa forme architecturale, sa représentation, ses récits, ses imaginaires et sa réalité, l’espace domestique traduit un cadre historique et un cadre cinématographique articulés à une forte dimension politique. 

Par les apports conjoints de l’analyse architecturale et de l’analyse cinématographique, cette thèse s’applique, à travers l’étude de trois cinémas – israélien, libanais et palestinien, à construire de nouveaux récits de ces espaces. Entrecroisant plusieurs notions telles que la modernité, l’archaïsme, l’imaginaire de l’espace domestique et du foyer ou le rapport entre construction et destruction, l’auteure montre que ces récits se développent aussi bien dans les fictions que dans les documentaires, qui peu à peu se détachent du conflit israélo-arabe pour faire écho aux conflits sociaux, culturels et territoriaux internes traduits par la focale de l’espace domestique. Décloisonnant l’étude de ces deux disciplines, cette recherche propose également un répertoire de films qui fait converger des réalités qui semblaient a priori divergentes.  


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search