Soutenance de la thèse de doctorat en architecture de Pauline Detavernier : “Le marcheur de la gare. Généalogie des spatialités, conception des parcours, expression des cheminements piétons (1837-2030)” – ENSA Paris-Malaquais – 10 janvier 2022

La soutenance de thèse de doctorat en architecture de Pauline Detavernier : Le marcheur de la gare. Généalogie des spatialités, conception des parcours, expression des cheminements piétons (1837-2030) se tiendra le lundi 10 janvier à 14h, à l’ENSA Paris-Malaquais, 14 rue Bonaparte 75006 PARIS (bâtiment Perret, salle 206). 
Directrice de thèse : Dominique ROUILLARD

Membres du jury

Karen BOWIE (AHTTEP/AUSser), Professeure, ENSA Paris-La Villette, rapportrice.
Vincent KAUFMANN, Professeur, Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, rapporteur. 
Elena COGATO-LANZA Professeure, Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, examinatrice. 
Arnaud PASSALACQUA, Professeur des universités, École d’urbanisme de Paris, examinateur. 
Corinne TIRY-ONO, Professeure, ENSA Paris-Val de Seine, examinatrice.
Dominique ROUILLARD, Professeure, ENSA Paris-Malaquais, directrice de thèse.

Résumé de la thèse

Cette thèse en architecture interroge et documente la conception des espaces dédiés à la pratique de la marche dans les grandes gares historiques européennes, par le prisme de trois objets d’étude : les gares de Paris Saint-Lazare (France), Utrecht Centraal (Pays-Bas) et Lausanne CFF (Suisse). Elle a été réalisée en CIFRE dans l’agence d’architecture AREP.

Ce travail s’attache dans un premier temps à faire émerger les enjeux de la conception des espaces dédiés au cheminement piéton, les replaçant dans une généalogie de la conception des gares. La sédimentation de ces enjeux, et des dispositifs spatiaux apportés en réponse par les concepteurs, permettent de comprendre la complexité d’un espace-gare aux seuils mouvants.

Dans un second temps, l’étude de projets contemporains renouvelant les dispositifs piétons au sein des trois gares observées met en avant une conception actuelle fondée sur une vision segmentée de la gare. Encadré par des études mathématiques de flux, et inspiré d’archétypes fonctionnels efficients (le centre commercial, l’aéroport, la rue), ce mode de conception donne peu de place au corps en marche. Il s’attache davantage aux zones fonctionnelles de la gare, aux seuils qui les segmentent puis seulement aux parcours opérants qui les relient.

Le marcheur de la gare émerge alors comme une figure à part entière, liant cette hétérotopie architecturale au-delà des raisons de sa présence en gare. Voyageur, citadin, client, et souvent tout cela à la fois, ses caractéristiques et les traces corporelles de ses pratiques sont analysées afin de constituer une source de connaissances complémentaire à destination des concepteurs. La notion de conception hodologique est ici apportée afin de valoriser la pratique de la marche en gare

Informations pratiques

En raison des conditions sanitaires, votre pass sanitaire vous sera demandé à l’entrée.
Pour confirmer votre venue : liat@paris-malaquais.archi.fr



Citer ce billet
Pascal Fort (2022, 7 janvier). Soutenance de la thèse de doctorat en architecture de Pauline Detavernier : “Le marcheur de la gare. Généalogie des spatialités, conception des parcours, expression des cheminements piétons (1837-2030)” – ENSA Paris-Malaquais – 10 janvier 2022. Carnet de veille UMR AUSser. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://umrausser.hypotheses.org/19351

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search