Dernières conférences du cycle « Secrets de Fabriques » – 10 et 13 juin 2014 – ENSA Paris-Val-de-Seine

Dernières conférences du cycle « Secrets de Fabriques » 

Date : 10 et 13 juin 2014

Lieu : ENSA Paris-Val-de-Seine, amphi 310

– mardi 10 juin 2014 à 18h30 : « Le laboratoire imaginaire » d’Antoine Grumbach, architecte, urbaniste, Grand Prix d’urbanisme 1992, « L’architecture est un art qui s’exerce sur les barres parallèles de la mémoire. Ce que les constructions perdent au regard des Figures qui les avaient tracées, ce que les Ruines gagnent par rapport aux constructions dont elles sont les traces, une perte et un gain qui peut-être, désignent l’Architecture. Les laboratoires de l’imaginaire se logent dans d’innombrables formes qui vont du dessin aux textes, des dérives à la célébration, du détournement, des cartes postales au Talmud. En élaborant des fictions narratives, se construisent des récits qui ancrent les bâtiments et les formes urbaines dans une évidence recherchée. L’histoire de la formation des territoires est un instrument sur la table à dessin. En savoir plus

Site : http://www.antoinegrumbach.com/

-vendredi 13 juin à 13h : « Pratiques vidéographiques et ambiances urbaines » de Guillaume Meigneux, architecte-videaste, doctorant Cresson « Nous allons parler ici de vidéo. C’est à dire d’images en mouvement, de perception et d’expérience sensible. Il n’y a que la vidéo qui soit capable de rejouer le plaisir de regarder le paysage depuis la fenêtre d’un train. Mais au-delà du plaisir, percevoir en mouvement notre environnement immédiat c’est aussi être capable d’y porter un regard spécifique. C’est alors aussi une opportunité de compléter nos outils de visualisations traditionnels dans le cadre de l’analyse territoriale (carte, SIG, photo…) par une approche dynamique, par une compréhension de phénomènes d’ambiances qui ne peuvent se saisir que dans le temps de leur actualisation. Voir une vidéo, c’est prendre le temps de s’imprégner d’une durée spécifique (celle du film) et donc vivre une expérience spécifique. Mais que se passe-t-il si ces vidéos s’intègrent au processus d’élaboration du projet urbain ? Que se passe-t-il si elles délaissent la portée narrative du film au profit d’une approche analytique de l’existant ? Si le montage n’est plus une succession d’images mais la superposition et la mise en comparaison simultanée de différentes situations observées sur un territoire précis ? » .  En savoir plus

Site : http://vimeo.com/pokapoc


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.