Soutenance de thèse de Yehudi Morgana : “L’entretien des édifices publics au XIXe siècle : la Bibliothèque Sainte-Geneviève (1851-1875) et l’Opéra de Paris (1875-1898)” – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – 21 février 2022

La soutenance de la thèse de Yehudi Morgana, préparée à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : “L’entretien des édifices publics au XIXsiècle : la Bibliothèque Sainte-Geneviève (1851-1875) et l’Opéra de Paris (1875-1898)
aura lieu le lundi 21 février 2022 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre Malher, 9 rue Malher, 75004 Paris, salle Rez-de-Jardin 2.

Equipe de rattachement : AHTTEP/AUSser, ENSA Paris-La-Villette

Membres du jury

  • Valérie Nègre, professeure, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (directrice de la thèse)
  • Antonio Brucculeri, professeur, Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris La Villette (examinateur) 
  • François Fleury, professeur, Ecole nationale supérieure d’architecture de Normandie (examinateur) 
  • Guy Lambert (membre IPRAUS/AUSser), maître de conférence, Ecole nationale supérieure d’architecture (examinateur) 
  • Antonella Mastrorilli, professeure, Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille (rapporteuse) 
  • Eric Monin, professeur, Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille (rapporteur)

Résumé de la thèse

La thèse porte sur l’entretien des bâtiments publics parisiens au XIXe siècle au sein du service des Bâtiments civils et plus précisément sur l’entretien de deux édifices : la Bibliothèque Sainte-Geneviève (1851-1875) et l’Opéra de Paris (1875-1898). Ces deux édifices sont entretenus par les architectes qui les ont imaginés, dessinés et construits : Henri Labrouste (1801-1875) et Charles Garnier (1825-1898). Au XVIIIe et au XIXe siècles, les architectes qui construisaient pour l’État étaient généralement chargés de l’entretien des édifices qu’ils avaient construit. Cette pratique pose des questions spécifiques relatives aux liens que les architectes tissent avec leur œuvre, mais aussi des questions plus générales sur la « culture de l’entretien » au XIXe siècle et sur le devenir des édifices dans le temps. 

Inscrite à la croisée de l’histoire de l’architecture et de l’histoire de la construction, notre recherche examine les pratiques quotidiennes de l’entretien à partir des archives administratives des édifices étudiés. Henri Labrouste comme Charles Garnier se servent de l’entretien, et des crédits qui leurs sont alloués, non seulement pour conserver en l’état les bâtiments, mais également pour les améliorer. L’entretien leur permet d’affiner leur connaissance de la construction en observant le vieillissement des édifices dans le temps. Il leur donne également l’occasion de faire des expérimentations techniques et esthétiques sur un temps long.

La thèse s’attache à mettre au jour les différentes opérations comprises sous le terme d’entretien et les différents acteurs qui interviennent dans ce domaine. Elle met en particulier en lumière la technicité de l’opération de nettoyage. Les opérations de maintenance rassemblent des professionnels et des utilisateurs : architectes, gens de métiers, membres de l’administration, directeurs d’établissements et simples employés. L’entretien apparaît en définitive comme une pratique sous-estimée par les études historiques au regard de l’importance que lui accordent les architectes et l’administration au XIXe siècle. 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Pascal Fort (18 février 2022). Soutenance de thèse de Yehudi Morgana : “L’entretien des édifices publics au XIXe siècle : la Bibliothèque Sainte-Geneviève (1851-1875) et l’Opéra de Paris (1875-1898)” – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – 21 février 2022. Carnet de veille UMR AUSser. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/v18w


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search