Soutenance d’Habilitation à diriger des recherches de Corinne Jaquand (IPRAUS/AUSser) – ENSA de Paris-Belleville – 17 mars 2022

Corinne Jaquand, MCF, ENSA de Paris-Belleville, IPRAUS – UMR AUSser, soutiendra son HDR (Habilitation à diriger des recherches) le 17 mars 2022 (9h-13h) à l’ENSA de Paris-Belleville, Salle des Conseils, 60 boulevard de la Villette, 75019 Paris.

Membres du jury

  • Frédéric Pousin (garant), Directeur de recherche CNRS, IPRAUS – UMR AUSser
  • Denis Bocquet (rapporteur), Prof. HdR, ENSA Strasbourg, AMUP
  • Fabienne Chevallier, Prof. HdR, CHEC
  • Jean-Louis Cohen, Prof. HdR, Université de New York / Collège de France
  • Carola Hein, Prof., Université technologique Delft Département d’architecture
  • Catherine Maumi (rapporteure), Prof. HdR, ENSAPLV, AHTTEP – UMR AUSser
  • Thibaut Tellier (rapporteur), Prof. Hdr, Institut d’Etudes politiques de Rennes

Présentation

Le dossier HdR comprend :

  • Un essai d’égo-histoire (vol. 1) : L’urbanistique au prisme de l’histoire et du paysage, 72 p. ;
  • Une sélection de travaux (vol. 2) : Travaux et publications, 282 p.
  • Un mémoire de recherche inédit (vol. 3) : La théorie du Grand Paris dans l’entre-deux-guerres (1919-1941), le Plan d’aménagement de la Région parisienne PARP, 293 p. + 97 pages d’illustrations.

L’essai d’égo-histoire et les recherches présentées interrogent le champ d’une « urbanistique » sur les territoires hérités. Oscillant entre connaissance et prospective, ce que l’on entend par urbanistique embrasse l’ensemble des situations d’occupation anthropique depuis les aménagements planifiés jusqu’à l’urbanisation vernaculaire ou sans figure.

Le parcours de vie renvoie à des expériences professionnelles entre la France et l’Allemagne dans le domaine de l’urbanisme, de la maîtrise d’ouvrage et du journalisme critique avant l’entrée en enseignement. Le bilan de recherche a retenu deux « topos » constitutifs d’une pensée : l’histoire et le paysage, entendus comme des catégories d’analyse plutôt que des disciplines, qui permettent de saisir les établissements humains dans leur morphogenèse, leur substrat géographique et l’univers complexe de leurs représentations.

A propos de l’histoire est mis en avant l’épistémé propre à la culture du projet en école d’architecture qui, en postulant une valeur de document au territoire arpenté, se distingue d’une histoire urbaine centrée sur le jeu des acteurs. Parallèlement à l’exploitation d’un corpus documentaire et archivistique, il est possible d’aborder le paysage en lui-même comme un récit construit, source d’hypothèses et de problématiques. L’essai s’attarde sur l’apport du paysagisme contemporain pour le renversement méthodologique des rapports entre site et programme, pour se départir d’une pensée fonctionnaliste et infrastructurelle et accueillir le vivant.

Le volume de publications rend ainsi compte d’un horizon scientifique qui croise essais critiques et comparatifs sur la ville contemporaine, principalement sur l’aire européenne et germanique, en interrogeant in fine la question de la tradition, de la sémantique et de la circulation des modèles. Le positionnement pédagogique n’exclut pas un certain engagement politique afin de repenser l’urbanistique à l’aune du vivant et de l’adaptation climatique.

Le mémoire inédit propose de combler un certain déficit narratif sur le Grand Paris en revenant sur la fabrication du PARP (plan d’aménagement de la région parisienne), premier document de planification élaboré entre 1928 et 1941, en l’examinant dans son épaisseur temporelle, sa formulation, ses renoncements, ses compromis. Tout en dressant le tableau institutionnel de l’époque, le mémoire interroge le processus d’élaboration du PARP en postulant une relation de subordination du règlement final au projet de territoire, selon une méthodologie implicite développée par son concepteur l’architecte Henri Prost.



Citer ce billet
Pascal Fort (2022, 22 février). Soutenance d’Habilitation à diriger des recherches de Corinne Jaquand (IPRAUS/AUSser) – ENSA de Paris-Belleville – 17 mars 2022. Carnet de veille UMR AUSser. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v194

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search