Journée d’étude “Parvis d’églises et aménagements paysagers” – INHA (Paris) – 31 mars 2022

Organisateurs

organisées en partenariat entre l’HiCSA de Paris 1 et le master “Jardins historiques, patrimoine et paysage” de l’ÉNSA de Versailles par Jean-François Cabestan, historien de l’architecture et Stéphanie de Courtois, historienne de l’art

Accédez à l’annonce : Parvis d’églises et aménagements paysagers

Présentation

Cette nouvelle journée d’étude poursuit trois objectifs.

Elle s’inscrit d’une part dans la continuité de la réflexion menée en juin dernier (7 et 8 juin 2021) sur les abords de Notre-Dame et de l’île de la Cité. Si à l’issue d’échanges intenses, une réelle convergence d’opinion s’est manifestée en faveur d’une densification, voire d’une reconstruction du parvis autrefois saturé de constructions et ce, jusque sous le règne de Napoléon III, il est à peu près certain celle-ci n’appartient pour l’instant qu’à une poignée de connaisseurs et de spécialistes. Si le manque d’aménité des abords de la cathédrale fait l’objet d’un relatif consensus, l’analyse qui en a été faite au cours de ces journées mérite d’être précisée et de sortir du cercle trop restreint où elle s’est exprimée. Des projets des années 1970 (Hermant-Jouve) faisaient état d’une option pour une plantation intégrale du parvis d’arbres de haute-tige, d’où n’auraient à terme émergé que les parties hautes du monument.

Elle se propose d’alimenter une réflexion sur ce thème parallèlement à la consultation que la Ville de Paris, préoccupée du sort du parvis de Notre-Dame, a lancé l’automne dernier. Quatre équipes, ou « groupements » avec à leur tête un ou une paysagiste mandataire pour trois d’entre elles – Bas Smets, Michel Desvignes, Jacqueline Osty – ont été sélectionnées, et étudient actuellement la question du devenir de ce lieu. La quatrième équipe de paysagistes – Atelier Jours – travaille quant à elle sous la houlette de l’agence Antoine-Dufour, mandataire. Même si cette consultation s’inscrit dans le sillage du renouvellement souvent contesté des places parisiennes – place de la République, du Panthéon, ou de la Bastille – et que le budget consacré de 50 M ne correspond qu’à 5% environ de la manne qui s’est abattue sur la cathédrale sinistrée, au moins la question du devenir d’un espace public dont on s’accorde de toutes parts à reconnaître qu’il pourrait être amélioré est-elle posée. La composition des équipes retenues par le jury présidé par Anne Hidalgo laisse entendre que c’est l’affaire des paysagistes.

Elle a aussi pour ambition de poser plus généralement la question de la permanence, de la mise en valeur, voire de l’introduction du végétal aux abords des églises et des cathédrales. Lors des journées de juin, on a utilement rappelé qu’au moment de la reconversion brutale de la populeuse île de la Cité au profit d’une cité administrative, l’ambition de Napoléon III très marqué par son séjour en Angleterre était de créer autour de la cathédrale le cadre bucolique caractéristique des abords de nombre de grands édifices de ce pays. À l’heure actuelle, nombre de villes de France – Chartres, Dijon – s’interrogent sur l’éventualité de la végétalisation des parvis. Cette tendance suscite parfois incompréhension, perplexité et ironie. L’édition de la DNA – Dernières nouvelles d’Alsace – évoquant la plantation de 29 grands arbres au-devant la cathédrale de Strasbourg était daté du 1er avril 2021 : il est temps d’ouvrir le débat.

Contribution membre UMR AUSser

14h55-15h15 : Angèle Denoyelle, paysagiste dplg, doctorante IPRAUS/AUSser : Lecture des abords de la cathédrale de Reims

Informations pratiques

La journée se tiendra en “hybride”, c’est-à-dire salle Vasari de même qu’en ligne ; le lien sera communiqué à celles et ceux qui se seront inscrits sur evenbrite, par un message automatique qui leur sera adressé dans la nuit du 30 au 31 mars.
Lieu : Inha, 6 Rue des Petits Champs, 75002 Paris
Date : jeudi 31 mars 2022, 09:00 – 18:30



Citer ce billet
Pascal Fort (2022, 16 mars). Journée d’étude “Parvis d’églises et aménagements paysagers” – INHA (Paris) – 31 mars 2022. Carnet de veille UMR AUSser. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v19w

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search