[En hybride] Soutenance de thèse de Diane Camus : “Une topologie socio-spatiale des initiatives artistiques en milieu rural” – Amphithéâtre de la Maison des Suds (Pessac) – 28 mars 2022

La soutenance de thèse de Diane Camus, doctorante à l’UMR 5319 Passages, intitulé : « Une topologie socio-spatiale des initiatives artistiques en milieu rural », aura lieu le lundi 28 mars 2022 à 14h à L’Amphithéâtre de la Maison des Suds, 12 esplanade des Antilles, Domaine Universitaire, F-33607 Pessac Cedex

Si vous désirez y assister en ligne : https://u-bordeaux-montaigne-fr.zoom.us/j/85604274851?pwd=cHUwamtvZ013QXp4L3oxS2JRdkhCUT09

(Merci à tous les invités de fermer micros et caméras pendant toute la durée de la soutenance. Les invités seront placés en salle d’attente durant la délibération du jury.)

Membres du jury

Claire DELFOSSE, Professeur HDR, Université Lyon 2, rapporteure

Béatrice MARIOLLE, Professeur HDR, ENSAP de Lille, membre IPRAUS/AUSser. rapporteure

Bernard DAVASSE, Professeur HDR, ENSAP de Bordeaux.

Claire PARIN, Professeur HDR émérite, ENSAP de Bordeaux, directrice de thèse

Joël BROUCH, Directeur de l’OARA, Bordeaux.

Nicole CONCORDET, Architecte, Agence Construire, Bordeaux.

Résumé de la thèse

Cette thèse interroge la place des pratiques spatiales dans les transformations sociales, économiques, politiques et écologiques des territoires ruraux contemporains. Après avoir été longtemps absents des politiques de l’aménagement, les territoires ruraux reviennent doucement sur le devant de la scène : en lien avec des enjeux environnementaux dans une société ébranlée par la crise écologique ; en lien avec des enjeux sociaux et spatiaux dans une France marquée par une forte inégalité territoriale. Face à l’impréparation des métiers de l’espace (architecture, urbanisme, paysage), où trouver une pensée des ruralités qui puisse guider l’action et comment agir spatialement en milieu rural ? 

Pour répondre à ces questions, nous devons nous départir de l’idée que l’aménagement territorial est le seul fait de la puissance publique. Au contraire, il importe de saisir comment le cadre politique ne cesse d’être l’objet de démêlés, de remises en cause, de négociations entre des acteurs nombreux (habitants, élus locaux, associations locales, initiatives privées, etc.) partageant des représentations hétérogènes des mondes ruraux, quant aux usages, aux modes de vie, aux projections futures, à la notion d’espace commun. 

La méthodologie s’appuie à la fois sur une analyse des politiques de l’aménagement et sur un travail de terrain. Celui-ci consiste à observer des acteurs locaux qui développent dans des territoires ruraux de nouvelles manières d’habiter et expérimentent une pensée en acte. Nous faisons ainsi la rencontre de ceux que nous nommons des acteurs-habitants et dont nous désignons les actions comme des initiatives locales. Nous étudions leurs pratiques socio-spatiales, c’est-à-dire la manière qu’elles ont de s’inscrire dans un milieu et de participer à la construction du cadre de vie, à la fois bâti, paysager, social, culturel et politique, constituant ainsi ce que nous regardons comme des projets d’habiter.   

Cette analyse nous amène à nous concentrer sur un seul type d’initiatives, les initiatives à vocation artistique et culturelle (le corpus de la thèse se compose de trente initiatives artistiques). Celles-ci, tout en étant fortement dépendantes des politiques publiques locales et nationales, revendiquent un espace de création qui leur est propre, et prennent fait et cause pour un lien accru entre une action spatiale et une efficace sociale.  

Ce travail de thèse cherche donc à comprendre comment des acteurs peuvent produire de nouvelles spatialités, grâce à, à l’écart de, ou en dépit de ces politiques d’aménagement. Avant d’être théorique, notre réflexion a une portée essentiellement heuristique, dans la mesure où elle a pour but de nous aider à comprendre ce qui fait un territoire par le biais d’actions situées. 



Citer ce billet
Pascal Fort (2022, 23 mars). [En hybride] Soutenance de thèse de Diane Camus : “Une topologie socio-spatiale des initiatives artistiques en milieu rural” – Amphithéâtre de la Maison des Suds (Pessac) – 28 mars 2022. Carnet de veille UMR AUSser. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v1aa

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search