“Go West, des architectes au pays de la contre-culture” – Caroline Maniaque (en librairie le 21 août 2014) (Livre)

“Go West, des architectes au pays de la contre-culture” – Caroline Maniaque – Marseille : Editions Parenthèses, août 2014 – 248 p. -Ill. en couleur – Coll. Architectures – ISBN 978-2-86364-288-7

Présentation à la Librairie Volume le jeudi 25 septembre à 19 h
Librairie Volume 47, rue Notre-Dame de Nazareth 75003 Paris / tél. : 01 85 08 02 86
M° République / Temple / Arts & métiers / Strasbourg-Saint-Denis

Accédez au site de l’éditeur

Résumé par l’éditeur : « Il y a encore des gens qui savent qui ils sont, ce qu’ils veulent, et ce qu’ils peuvent faire pour s’aider. Ils construisent sans argent, sans architecte et sans le fardeau du grand rêve américain. » États-Unis, années soixante. Ils ont dix-huit ou vingt ans, et ont fini de croire à l’american way of life. En lutte contre la ségrégation et contre une guerre sans fin au Vietnam, la jeunesse américaine se met seins nus et prend le parti d’une vie communautaire au plus près de la nature, dans un habitat sans concession au mode de vie bourgeois. En quête d’autres manières de vivre et de construire, elle développe une architecture marginale de maisons flottantes, de cabanes dans les arbres, de structures légères et éphémères ou de dômes géodésiques, fondée sur des principes d’autoconstruction et d’autonomie énergétique. Côté européen, bien que la vie intellectuelle soit alors dominée par un virulent anti-américanisme, ils sont nombreux à voir dans cette Amérique bouillonnante non pas le pays du capitalisme, de la modernité et de la démesure consumériste, mais celui, fascinant, de la contre-culture. Au cours des années soixante-dix, nombre d’apprentis architectes feront le voyage vers les États-Unis avec, dans leur sac à dos, un exemplaire corné de Sur la route de Kerouac. Sillonnant les vastes étendues de l’Ouest américain, ils engrangeront des expériences d’une telle richesse et d’une telle force novatrice qu’elles imprégneront à jamais leur conception et leur pratique de l’architecture. Aujourd’hui, cette architecture militante est l’objet d’un regain d’intérêt. Serait-ce que, après une phase idéologique, l’heure est venue de l’intégration de ces principes écologiques à l’économie du quotidien ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.