Soutenance de thèse de Flavia Magliacani : “Le forme dell’intenità. Reinterpretare la densità urbana per lo spazio abitativo contemporaneo / Les formes de l’intensité. Réinterpréter la densité urbaine pour l’espace de vie contemporain” – Université de Rome “La Sapienza” – 30 mai 2022

Flavia Magliacani soutiendra sa thèse de doctorat en architecture “Le forme dell’intenità. Reinterpretare la densità urbana per lo spazio abitativo contemporaneo”Titre de la thèse français : Les formes de l’intensité. Réinterpréter la densité urbaine pour l’espace de vie contemporain” à l’Université de Rome “La Sapienza” le 30 mai 2022 à 10h. (En présentiel)

Co-tutelle avec l’Université de Rome “La Sapienza”
Spécialité en France : Architecture / Spécialité en Italie : Architettura – Teorie e Progetto

sous la co-direction de :
Directrice de thèse en Italie : Domizia MANDOLESI
Directrice de thèse en France : Cristiana MAZZONI (directrice UMR AUSser)

Membres du jury

Antonella Tufano, Professeure, Rapportrice

Maurizio Carta, Professeur, Rapporteur

Cristiana Mazzoni, Professeure, directrice de thèse

Domizia Mandolesi, Professeure, co-directrice de thèse

Gioconda Cafiero, Professeure, examinatrice

Giovanni Marco Chiri, Professeur, examinateur

Jean Attali, professeur émérite, examinateur

Résumé de la thèse

Au cours des trente dernières années, la notion de densité a fait l’objet d’un regain d’intérêt dans la discipline de l’architecture, notamment à la lumière de la croissante conscience écologique imposée comme prérogative pour la révision des théories architecturales et urbaines. La protection du territoire est devenue un nouvel impératif, et une vaste littérature sur la dispersion et l’étalement urbain a identifié dans le “retour à la ville dense et compacte” la principale stratégie à poursuivre pour un avenir durable. Dans ce conte te, les « vertus » de la ville compacte ont constitué le cheval de bataille d’une approche politique orientée vers la polarisation ou la consolidation des centralités existantes. Ainsi, la “densification” a souvent été au centre du débat disciplinaire comme une stratégie principalement orientée vers la récupération des formes traditionnelles. Cependant, cette approche a révélé une certaine partialité d’analyse et certains défauts méthodologiques basés sur des dogmatismes et des interprétations excessivement contraposées (ville – campagne, urbain – périurbain, centre – périphérie, ville compacte – ville diffuse) qui risque toutefois d’ignorer ou de banaliser la complexité réelle des systèmes urbains et territoriaux.

Sur cette base, certaines des pierres angulaire qui ont imprégné le domaine de l’architecture urbaine, notamment le “mythe de la densité”, doivent être remises en question. Une flexibilité intellectuelle est donc nécessaire pour reformuler les concepts et les outils du projet contemporain.

Par conséquent, l’objectif principal de la thèse est d’aller à la recherche d’une approche différente de la “densité” et en comprendre sa nouvelle formulation, en tant que mesure d’importance toujours pertinente en termes d’interaction entre la dimension locale et territoriale, en tant que clé analytique et interprétative et en tant qu’outil intrinsèque au projet.

En partant des limites qui ont émergé des définitions et des utilisations passées de la notion, le travail interroge l’importance d’un glissement sémantique et conceptuel vers la notion d‘intensité, afin de poursuivre une plus grande flexibilité et complexité d’interprétation. Il s’agit de décrire, en somme, le passage de plus en plus nécessaire d’une conception “statique” de la densité à un concept dynamique centré plutôt sur la densité des relations à différents niveau et à différentes échelles de l’espace urbain, en essayant ensuite d’identifier les formes et les configurations spatiales correspondantes.

Sur cet incipit, une méthodologie de travail a été développée, construite sur la concaténation de quelques opérations fondamentales: premièrement, remettre en question le statu quo et analyser les principales conditions contextuelles; deuxièmement, définir une direction de recherche en partant d’une prise de position au sein de la problématique, afin de comparer différentes solutions opérationnelles.

La thèse se compose de quatre parties principales. La première partie développe le cadre théorique de référence, tandis que la seconde décrit la proposition interprétative de l’intensité urbaine en tant que mesure complexe et en tant que clé analytique-interprétative intrinsèque au projet. Dans la troisième partie, ce dernier constitue une ” lentille” avec laquelle analyser et interpréter une réalité territoriale spécifique, celle du territoire métropolitain parisien. La quatrième partie présente une étude visant à analyser une pièce urbaine spécifique au sein de la mosaïque métropolitaine, le territoire de Montreuil, dans le but de traduire le concept encore vague de l’intensité des formes urbaines en réalités constructives concrètes et de transposer le conte te théorique qui a généré la définition de cette “lentille interprétative” (et les paramètres relatifs identifiés) au niveau de la conception et de la production architecturale urbaine. L’étude est menée par l’observation, la mesure et la qualification des principales relations d’intensités qui caractérisent le territoire à différentes échelles (de l’échelle de la commune à celle de l’îlot). Enfin, l’observation est transférée au niveau du projet, en approfondissant quelques propositions d’intensification urbaine réalisées dans le conte te considéré. L’intention est d’explorer le potentiel du projet d’intensification à travers l’évaluation de plusieurs hypothèses de transformation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search