Conférence “L’espace habité avec ou sans aménageur : le pavillonnaire” – ENSA de Paris-Belleville – 24 mai 2022

La conférence “L’espace habité avec ou sans aménageur : le pavillonnaire” aura lieu à l’amphi Centrale à l’ENSA de Paris-Belleville (60, boulevard de la Villette, 75019 Paris) le mardi 24 mai 2022 de 9h30 à 12h.

Cette 4e conférence est organisée dans le cadre du cycle de conférences Aménagements urbains en Île-de-France – Manières de dire, manières de faire – Histoire et cultures de l’aménagement (III), par l’École nationale d’architecture de Paris-Belleville, L’Institut Paris Région, le Comité d’histoire du Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales.

Accédez à l’annonce : le pavillonnaire

Intervenants

  • Corinne Jaquand, architecte, maître de conférences à l’École nationale d’architecture de Paris Belleville, membre IPRAUS/AUSser
  • Éric Chauvier, anthropologue et écrivain, professeur à l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles
  • Lucile Mettetal, géographe et urbaniste à L’Institut Paris Region
  • Modération : Jean Attali (ENSA-PM, membre UMR AUSser) et Brigitte Guigou (L’Institut Paris Region)

Présentation

L’aménagement est une action volontaire impulsée par les pouvoirs publics et qui suppose une planification spatiale. Mais l’aménagement par opérateur n’est pas le seul mode de production de la ville, loin s’en faut. Toutes sortes de tissus urbains sont générées par des tracés urbains hérités, partiellement planifiés et réglementés à la parcelle. C’est à cette forme d’urbanisme sans aménageur, plus particulièrement à l’espace habité du pavillonnaire, que sera consacrée la quatrième séance du cycle « Manières de dire, manières de faire ». L’approche adoptée, à la fois historique, anthropologique et géographique, interrogera plus particulièrement la façon dont les habitants du pavillonnaire construisent leurs choix, entre contraintes et aspirations.

Seront abordées, les phases historiques du développement des lotissements et microlotissements de banlieue à partir des années 1950 ; la diversité et l’ambivalence des modes d’habiter dans les territoires pavillonnaires, qu’ils soient plutôt péri-urbains ou périmétropolitains ; les évolutions des profils et des mobilités résidentielles des ménages, ainsi que les aspirations et modes de vie de ces habitants dans l’ouest francilien. Ce sera aussi l’occasion d’interroger l’impact de la crise sanitaire et de l’installation durable du télétravail dans ces territoires et pour ces ménages.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search