Séminaire “Efficacité énergétique”, lundi 3 décembre 2012

Le séminaire “Efficacité énergétique” se déroulera le lundi 3 décembre 2012 de 14h à 18h à l’IPRAUS (Institut Parisien de Recherche Architecture Urbanistique Société) – ENSA de Paris-Belleville.

Programme :

14h : Introduction du séminaire et présentation des participants

14h15 – 14h45 : Jean Attali

Du point de vue d’une théorie du savoir (épistémologie), jointe à une théorie de la culture (anthropologie), le concept même de “transition énergétique”, en tant que principe régulateur, doit se déterminer en applications concrètes, selon des échelles (de l’édifice au territoire) et des déclinaisons (l’éventail des techniques disponibles, leur combinaison, leurs interactions ; les pôles, les réseaux, les infrastructures de distribution ; les valeurs, les prix, les usages) qui en feront valoir la complexité. Dès maintenant, il est possible de considérer la polarisation de l’idée régulatrice, en fins et en conséquences opposées. Transition démographique : allongement de la durée de la vie, croissance naturelle, mais effets massifs de la régulation des naissances et risques d’involution par le vieillissement des populations. Transition urbaine : évolution rapide des taux d’urbanisation, concentration et multiplication des très grandes villes mais étalement voire dispersion urbaine et effets d’involution tels que la colonisation incontrôlée du sol. Transition énergétique : croissance des consommations, alternatives technologiques et diversification des ressources mais privatisation croissante de la gestion de l’énergie et risques d’involution par raréfaction non des ressources mais de leur accessibilité économique et sociale. Les conséquences sur “les espaces de la société” sont flagrantes : architectures, villes et paysages montrent ce que devient la société dans l’espace concret de ses ressources et de ses constructions.

14h45-16h00 : Mohamed Benzerzour : présentation du projet « Figures intégrées de performance énergétique : pour prescrire et concevoir la performance énergétique en projet » pour Ignis Mutat Res (projet retenu)

Inspirées des labels énergétiques et référentiels environnementaux, les prescriptions énergétiques au sein des opérations d’aménagement ont un caractère déterministe qui rend difficile leur adaptation aux spécificités des contextes et leur intégration au processus de conception. Cherchant à définir une méthodologie de prescription plus transversale, plus spécifique et plus opérationnelle, le présent projet propose un triple « décloisonnement » de la performance énergétique : décloisonnement entre « le prescrire » et le « concevoir », entre « l’énergétique » et « le non énergétique » selon les spécificités des situations et des acteurs et enfin entre les échelles spatiales mobilisées pour atteindre la performance, depuis les interfaces bâties jusqu’à la conception de fragments urbains ou de territoires. Plus concrètement, l’hypothèse de base de ce projet est d’opérer ce décloisonnement via des figures de conception ouvertes et définies selon une démarche négociée avec les acteurs des projets d’aménagements. Ces figures seront définies selon :

– Leur efficacité à limiter intrinsèquement les besoins énergétiques de chauffage, de refroidissement, d’éclairage, de déplacement, de construction et de déconstruction

– Leur résilience à différentes formes d’usages, susceptibles d’évoluer dans le temps et dans l’espace, en réponse à des contraintes externes

– Leur plasticité, comprise comme les conditions d’une transposition et d’une adaptation de ces figures à différents contextes territoriaux et urbains.

Ces figures, une fois définies, seront testées au sein d’opérations d’aménagement et enseignées au sein d’un studio de projet du cycle master à l’ENSA Paris Belleville.

16h00-16h45 : discussion

17h00-17h30 : Guillemette Morel Journel : présentation du projet « Vers une ville énergétiquement résiliente », (OCS-EnsaVT Marne-la-Vallée / Ecole des Ponts-ParisTech) pour Ignis mutat res (projet retenu).

La construction, même durable, de nos villes et de nos bâtiments repose sur la permanence de la croissance, l’abondance d’énergie bon marché et la pérennité de nos styles de vie. Ces présupposés étant aujourd’hui fragiles, il importe d’anticiper les transformations liées au passage du paradigme du durable au paradigme de la résilience (Dennis Meadows). Face à l’extrême complexité du croisement entre aménagement et résilience, nous posons l’hypothèse qu’il est nécessaire, dans un premier temps, de réduire cette complexité. Nous nous concentrons donc sur une seule de ses composantes – fondamentale –, l’énergie consommée par les bâtiments, malgré l’importance d’autres facteurs comme l’énergie grise et les transports. Par bâtiments, nous entendons les édifices dans leurs interactions avec d’autres constructions. C’est par le croisement d’outils et d’échelles que peut émerger une compréhension fine de l’interaction entre le comportement énergétique des bâtiments et leur morphologie. On dégagera de l’étude du tissu bâti de la périphérie nord-est de Paris une « typo-morphologie énergétique », qui sera nourrie par des projets d’étudiants dont la performance énergétique sera modélisée numériquement et évaluée.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.