[En ligne] Lu par Laetitia Overney (membre IPRAUS/AUSser) : “On est bien arrivés. Un tour de France des grands ensembles” de Renaud Epstein

Overney Laetitia, 2022, « On est bien arrivés. Un tour de France des grands ensembles, Renaud Epstein », Urbanités, Lu, juillet 2022, en ligne.

Lu par Laetitia Overney

On connaissait Renaud Epstein comme sociologue de la rénovation urbaine. Voilà qu’on le découvre collectionneur passionné de cartes postales sans qu’il ne perde son regard aiguisé sur les politiques de la ville. À travers son dernier ouvrage, On est bien arrivés. Un tour de France des grands ensembles, nous voilà emportés dans un voyage aussi riche que passionnant dans ces cités que l’on découvre autrement.

Depuis près de 30 ans, notre collectionneur « chine » ces images cartonnées de 10 cm par 15 représentant des grands ensembles, jusqu’à former un corpus de 3 000 pièces. Mais pourquoi donc un tel geste d’accumulation ? Pourquoi consigner ces photographies de tours, de barres, de piscines municipales, de pelouses pelées, d’aires de jeux en pied d’immeubles, de petits centres commerciaux et de parkings parfois ornés de bosquets fleuris ? Pour « revisiter l’histoire des grands ensembles » répond l’auteur, une histoire encore largement dominée par les archives des grands : hauts fonctionnaires, hommes politiques, architectes et urbanistes.

Suite

Le livre

Référence de l’ouvrage : Epstein R., 2022, On est bien arrivés. Un tour de France des grands ensembles, Le Nouvel Attila, Paris, 140 p.

Ces cartes postales, qu’on pouvait trouver dans les cafés, maisons de la presse ou épiceries des cités HLM racontent un monde disparu, dans lequel ces cités incarnaient la modernité urbaine et le progrès social.

La production en masse de ces cartes a accompagné la construction des grands ensembles durant les Trente Glorieuses, contribuant à forger et diffuser une image sociale valorisante de quartiers aujourd’hui stigmatisés.

Loin des représentations stéréotypées de quartiers-ghettos, mornes et criminogènes, ce livre montre la diversité du bâti, l’empreinte du paysage, et par le biais des quelques versos de cartes reproduits, un aperçu de la vie des habitants par eux-mêmes…(4e de couverture)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search