Appel à contributions pour la Revue des Sciences Sociales intitulé “Les relations centre-périphérie. De la complémentarité des territoires à leur hybridation” (date limite : 1er septembre 2022)

L’appel à article pour la Revue des Sciences Sociales intitulé “Les relations centre-périphérie. De la complémentarité des territoires à leur hybridation” est ouvert.

Accédez à l’annonce : Revue des Sciences Sociales

Coordination :
Elsa Martin (CERTOP / Université de Lorraine – elsa.martin[at]univ-lorraine.fr)
Jean-Marc Stébé (2L2S / Université de Lorraine – jean-marc.stebe[at]univ-lorraine.fr)

Argumentaire (extrait)

Plusieurs pistes peuvent être envisagées, ces dernières n’étant en aucun cas exhaustives :

 Questionner les termes de la recherche : comment qualifier ces espaces distincts dès lors qu’ils sont considérés en étroite relation ? Qualifié comme « centre », ou de la même manière comme « banlieue » ou « périphérie », un espace porte en lui son lot de prénotions et de caractéristiques. Ces qualifications sont-elles obsolètes ? Disent-elles la réalité de ce qui s’y joue et permettent-elles de s’affranchir du sens commun ? Si avec la notion de centralité se pense celle de l’attractivité, du « plein », de l’opulence, voire de la domination (Monnet 2000) les analyses statistiques contemporaines rappellent qu’ « au sein des grandes aires urbaines, le taux de pauvreté est presque toujours plus élevé dans les villes-centres. Il atteint parfois deux à trois fois celui des banlieues et plus de quatre fois celui des couronnes périurbaines » (Aerts, Chirazi, Cros 2015). Aussi, l’analyse de la vacance commerciale révèle les déséquilibres territoriaux et la manière dont les centres des villes affrontent la mobilité marchande qui se joue le plus souvent au profit des périphéries (Fijalkow et al. 2017). À cet égard, de nouvelles désignations territoriales sont-elles nécessaires ; d’une part, pour mieux rendre compte des enjeux qui traversent ces espaces et d’autre part pour mieux qualifier ces espaces hybrides émergents, à l’image du « pré-urbain » proposé par Jean-Marc Stébé et Hervé Marchal (2017) ?

 (Dé)centrer son regard : Questionner cette relation centre/périphérie c’est dans un même temps questionner les échelles d’analyse considérées : nous situons-nous à l’échelle des agglomérations ? De l’unité urbaine ? Ou encore d’une région administrative ? Selon l’échelle à laquelle on se place, n’assiste-t-on pas à des fonctionnalités plurielles de certains espaces urbains tantôt centraux, tantôt périphériques ? Une agglomération pensée comme ville-centre à l’échelle de l’unité urbaine ne devient-elle pas périphérique à l’échelle d’un espace frontalier dès lors qu’elle s’apparente pour une partie de ses habitants à une commune-dortoir ? Questionner les échelles c’est aussi s’attarder aux caractéristiques de ce qui fait centre et/ou périphérie : la périphérie est-elle nécessairement pensée en creux d’une seule et même centralité ?

 Concurrence et/ou complémentarité : La question de la hiérarchie implicite entre le centre et la périphérie suppose aussi de questionner les liens de concurrence et/ou de complémentarité qui les caractérisent. Observe-t-on une domination ou au contraire des formes de circulation de biens, de personnes, de richesses ? Il s’agit ici par exemple de s’intéresser aux flux : assiste-t-on à des espaces qui fonctionnent comme des vases communicants ? Les mobilités pendulaires entre les centres d’activités et les zones résidentielles ne sont-elles pas signifiantes de cette relation ? En effet, ces territoires ne sont-ils pas interdépendants dès lors que se jouent un « zapping territorial » (Ascher 1997) de la part de ceux qui les traversent pour y consommer, travailler, se divertir, etc. ?

Informations pratiques

Contact : Comité de rédaction RSS <rss[at]misha.fr>

Le numéro paraîtra : 1er semestre 2024
– Remise des résumés et des mots-clés en français et en anglais (4 000 signes, espaces compris) accompagnés d’une bibliographie et d’une brève notice bio-bibliographique de l’/des auteur·e·s pour le 1er septembre 2022. Ils devront mentionner le titre de la proposition, le cadre théorique, les matériaux empiriques, terrains et méthodologie.

– Remise des articles en français ou en anglais (40 000 signes, espaces compris) avant 30 mars 2023. Ils seront soumis à une expertise à double aveugle.

– Les auteurs sont priés de se conformer aux consignes de présentation de la revue <https://journals.openedition.org/revss/448>


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search