“La ville patrimoine. Formes, logiques, enjeux et stratégies” – Caroline de Saint Pierre (Dir.) (Livre)

“La ville patrimoine. Formes, logiques, enjeux et stratégies” –  Caroline de Saint Pierre (Dir.) – Ed. des Presses Universitaires de Rennes, 2014 – 248 p. – ISBN 978-2-7535-3347-9

Accédez au site de l’éditeur

Résumé extrait du site de l’éditeur : Aborder la ville à partir des stratégies et des enjeux patrimoniaux qui prennent une telle importance aujourd’hui un peu partout dans le monde permet plus largement de mettre en évidence les différentes logiques des politiques, des architectes, des urbanistes et des habitants, leurs confrontations, leurs articulations à l’œuvre dans la configuration des espaces d’aujourd’hui. Les différentes situations urbaines, décrites et présentées ici, mettant en scène, en image et en récit du patrimoine dit matériel comme immatériel, font apparaître les conditions qui permettent ou pas, selon les acteurs, des formes d’identification à des espaces anciens ou récents (quelquefois même dès leur conception), et les modalités par lesquelles les significations données au passé (sans cesse renouvelées) peuvent susciter adhésions ou conflits. Cette dimension performative du patrimoine peut faire advenir, dans certains cas, de nouvelles formes de localisme (quelque fois à une échelle micro mais toujours en relation avec des contextes beaucoup plus larges), comme de nouveaux regroupements de citadins.

Trois parties vont interroger cette mise en jeu du patrimoine à travers le déroulement de différentes logiques. La première partie traite de l’ordonnancement social et symbolique des centres villes à travers des mises en forme du passé. Des études de cas menées à Berlin, Beyrouth, Casablanca, Paris, s’intéressent aux modes de sélection et de transmission d’une mémoire, à partir du legs architectural, concernant aussi bien le passé de la ville que celui du pays. Une seconde partie traite de la fabrique de nouvelles images de ville à partir de mises en scènes architecturales, culturelles et artistiques. Une troisième partie traite des modes de définition de secteurs de ville à travers des mises en récits patrimoniales faisant converger différentes séquences urbaines. Ces formes de reterritorialisation essayent de rétablir, dans un monde globalisé, des repères temporels et spatiaux et ainsi de (re)qualifier leur environnement.

Caroline de Saint Pierre est anthropologue, maître-assistant ENSA – Paris-Malaquais, chercheure Iris – Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (EHESS CNRS UP13 Inserm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.