[En hybride] Soutenance de thèse de Gloria Marino Rojas : “Aux avant-postes de la soutenabilité – l’enseignement supérieure colombien 1988-2018” – Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, AHTTEP/UMR AUSser – 07 novembre 2022

La soutenance de thèse

soutenance de ma thèse de doctorat en aménagement, de Gloria Marino Rojas, intitulé « Aux avant-postes de la soutenabilité – l’enseignement supérieure colombien 1988-2018 »

Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, École Doctorale de Géographie de Paris. AHTTEP/UMR AUSser 3329

Sous la direction de : HDR- Christian Pédelahore de Loddis, professeur HDR, École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette.

La soutenance aura lieu en visioconférence le lundi 7 novembre 2022 à 16 heures.

Membres du jury

  • Daniela Poli, professeure, Universita Degli Studi, Firenze, Directrice du Laboratoire de Projetation Ecologique, rapporteure.
  • Beatrice Mariolle, professeure HDR, membre de l’IPRAUS/AUSser, École Nationale Supérieure d’Architecture et du Paysage de Lille, rapporteure.
  • Ana Rosa Olivera, docteur, professeure, ITESO, Guadalajara – Mexique, examinatrice.
  • Pascal Chombart de Lauwe, professeur, École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Belleville, examinateur.

Résumé de la thèse

L’architecture est une discipline dont l’évolution est façonnée par la lente succession de paradigmes scientifiques devenant sociétaux. Dans la deuxième moitié du XXème siècle, notamment, elle a résonné de l’impact des nouvelles approches écologiques, et au XXIème siècle la recherche de soutenabilité y est devenue prépondérante de façon écrasante. La présente thèse cherche à éclairer comment ces domaines de recherche ont fortement et durablement influencé l’enseignement de l’architecture en Colombie et plus généralement en Amérique latine.

L’hypothèse centrale que nous proposons dans ce travail est que ce sont les pratiques de recherche les plus avancées, portées au niveau mondial, qui permettent le mieux d’articuler les systèmes académiques aux nouveaux défis issus des transformations et des mutations sociétales, en un temps présent qui pose en position centrale les approches écoresponsables du projet territorial. Pour démontrer cette hypothèse, nous proposons une mise en perspective de quatre ensembles d’études de terrain que nous avons réalisées et qui ont été choisies par leur valeur heuristique représentative et emblématique.

Le premier relève l’impact des démarches étasuniennes de planification écologique des espaces territoriaux où la synergie et l’interface entre les domaines physico-spatiaux et les domaines socio-économiques interagissent pour accomplir des plans de développement en harmonie avec l’environnement et soucieux des équilibres naturels et conjointement anthropiques.

Le deuxième présente l’habitat climatique sous l’angle de la recherche fondamentale française en thermodynamique. Ces recherches permettent d’identifier l’impact et les implications métamorphiques de l’utilisation des énergies renouvelables tels que le solaire sur l’évolution des approches architecturales. L’enseignement supérieur colombien, par le truchement de la conception de nouveaux programmes bioclimatiques, se situe, ainsi, à nouveau, aux avant-postes des évolutions sociétales.

Le troisième groupe d’études investigue, de l’intérieur, l’écosystème de la recherche universitaire colombienne, où la multiplicité des acteurs et la diversité croissante des axes d’abordage et des thématiques rendent possible une articulation étroite et efficace entre recherche-action, enseignement universitaire et projets de la société civile.

Le quatrième, analyse les évolutions contemporaines endogènes au sein d’un monde de plus en plus globalisé, interconnecté et incertain, marqué par la persistance des conflits et le retour des pandémies. Dans ce contexte complexe, l’enseignement, repensé et façonné d’un point de vue glocal ouvre d’amples perspectives opératoires, notamment par l’intensification des programmes partenariaux Nord/Sud comme Sud/Sud et leur constitution de chaines de connaissances et de dialogiques projectuelles maximalisant les savoirs, les résiliences et les pertinentes frugalités.

La conclusion relève que le rôle défricheur et moteur de la recherche articulé au rôle accélérateur, intégrateur et diffuseur de l’enseignement, les positionne continûment aux avant-postes de la soutenabilité planétaire et les conduisent à ouvrir toujours plus leurs champs d’investigations comme de réalisations concrètes et à descendre résolument dans l’arène, concrète et terre à terre, de la fabrique quotidienne des territoires du vivant.



Citer ce billet
Pascal Fort (2022, 2 novembre). [En hybride] Soutenance de thèse de Gloria Marino Rojas : “Aux avant-postes de la soutenabilité – l’enseignement supérieure colombien 1988-2018” – Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, AHTTEP/UMR AUSser – 07 novembre 2022. Carnet de veille UMR AUSser. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v1eu

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search