1er colloque international du Labex Futurs Urbains : « Enjeux interdisciplinaires émergents pour comprendre, projeter et fabriquer la ville de demain »

Ce 1er colloque international du labex Futurs Urbains « Enjeux interdisciplinaires émergents pour comprendre, projeter et fabriquer la ville de demain » se déroulera les 16, 17 et 18 janvier 2013 à la Cité Descartes, Champs sur Marne, 77455 Marne la Vallée.

Renseignements et inscriptions : http://villes-environnement.fr/fr/appel.html

Présentation extraite du site : Le présent colloque international est centré sur ces questions carrefours, que nous voulons identifier et approfondir, autour de quatre thématiques privilégiées.

Il faut, tout d’abord, prendre la mesure des démarches d’innovation qui accompagnent le double processus de mondialisation et de métropolisation. Les logiques du développement territorial et de la circulation des connaissances mettent en jeu des interactions complexes entre dynamiques économiques et mutations sociales. Plus globalement ce sont, tout à la fois, les manières de projeter, d’aménager, ou de produire la ville dans sa dimension matérielle (immeubles, infrastructures, quartiers, espaces publics, etc.) qui se transforment. Les raisonnements et les pratiques changent d’échelle et se font, en même temps, plus transversaux.

On retrouve des problématiques analogues dans le champ de la modélisation. Les modèles sectoriels : sur la qualité de l’air ou de l’eau, sur les transports, sur l’usage des sols, sur la résistance aux événements extrêmes ou au changement climatique, ont considérablement progressé. L’enjeu est, aujourd’hui, de se mettre en mesure de construire des approches plus intégrées. L’articulation entre pratiques de modélisation et expertise mobilisable par la décision politique est à ce prix.

D’un point de vue concret, la ville de demain s’affrontera à deux grands enjeux : celui des nouvelles vulnérabilités et des inégalités, d’un côté, et celui d’une ville plus économe, de l’autre.

Pour ce qui concerne les nouvelles vulnérabilités et les inégalités, il faut dire, premièrement, que l’accès aux aménités urbaines est plus aisé, en Europe, dans les centres-villes, là où les politiques à vocation environnementales sont, par ailleurs les plus actives. Les conditions à venir de la mobilité pourraient bien accentuer le fossé entre des centres-villes requalifiés et des espaces périphériques où la précarité énergétique rejoindrait la précarité économique. A une plus grande échelle, l’exposition aux risques naturels vient également, souvent, redoubler la vulnérabilité sociale. Tout cela lance de nouveaux défis aussi bien en termes de gouvernance, qu’en termes d’innovation technique.

Du côté de la ville économe, si de multiples solutions techniques voient le jour, il est clair que leur mise en œuvre appelle de nouveaux paradigmes sociotechniques. Les approches en termes de « circuit court » interrogent les usages, aussi bien que les modes de gestion des services urbains. Les formes de valorisation économique et de l’intervention publique évoluent. Les modes d’articulation avec les temporalités urbaines du quotidien également.

Chacune de ces quatre thématiques fait l’objet d’un appel à communications à spécifique auquel nous vous invitons à vous reporter.
Parmi les propositions, celles qui acceptent d’explorer les questions frontières (frontières thématiques, disciplinaires ou épistémologiques) encore émergentes aujourd’hui seront privilégiées.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *