2ème Journée d’étude “Patrimoines Minoritaires” – Université de Strasbourg – 23 janvier 2023

Le réseau LIEU, le laboratoire AMUP, le laboratoire SAGE ainsi qu’IFRA Nigéria organise la journée d’étude “Patrimonialisations populaires et postcoloniales « minoritaires » en France et à l’étranger Théories et terrains” qui se tiendra le lundi 23 janvier 2023 à Université de Strasbourg et et en mode hybride.

Pour suivre en ligne :
https://us04web.zoom.us/j/76590832169?pwd=Uk73Jj8b6atb6zm5ofLgV2xGDwxQEO.1
ID de réunion : 765 9083 2169
Code secret : 5mGykX

Coordination

Barbara Morovich (AMUP et Ifra-Nigéria, membre du réseau LIEU) et Géraldine Djament (UMR SAGE, associée à l’EIREST)

Présentation

Cette deuxième journée d’études, inscrite dans le cadre des études patrimoniales critiques, se situe dans le cadre d’un cycle de recherches interdisciplinaire consacré aux « Patrimonialisations « minoritaires » : enjeux épistémologiques, terrains et questions émergentes » (RESEAU LIEU, AMUP- ENSAS, SAGE-Université de Strasbourg, IFRA-Nigeria) (2022-2024).

Au sein du paradigme de « l’omnipatrimonialisation fragile » (M. Gravari-Barbas, 2014) se développent des patrimonialisations fondamentalement plurielles et de plus en plus diversifiées, tandis que les typologies susceptibles de faire patrimoine se démultiplient. Cependant, toutes les patrimonialisations n’ont pas le même statut social ni ne bénéficient de la même reconnaissance. Ce cycle propose de déplacer la focale de l’ère du « tout patrimoine » d’apparence faussement consensuelle (M. Gravari- Barbas, V. Veschambre, 2003), « au-delà du consensus patrimonial » (J. Bondaz, C. Isnart, A. Leblon, 2012), et d’interroger la notion de patrimonialisations « minoritaires » (B. Morovich, 2022). Cette notion est issue d’un transfert au champ patrimonial de la notion de « groupe minoritaire », ou plutôt de relation entre un groupe dominant et des minoritaires, développée par la sociologue Colette Guillaumin (1985). En interrogeant le patrimoine par des processus minoritaires ou inachevés, nous évoquerons aussi les notions d’arène patrimoniale (Roth, 2003 ; Givre, 2012) ou d’arène culturelle (Morovich, 2021) afin de les mettre à l’épreuve de contextes de bouleversement urbain, politique, social et désormais sanitaire. Ces arènes se développent notamment en ville, où la culture et le patrimoine sont confrontés à la métropolisation, traduction urbaine de la nouvelle étape de mondialisation (Djament-Tran et San Marco, 2014).

Programme


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search