Présentation du dossier en vue du doctorat par VAE de Béatrice Mariolle “« Architecture au défi de la subagglo : l’urbanisation dispersée entre terrain et territoire» – Montpellier – 13 décembre 2014

Présentation du dossier en vue du doctorat par VAE de Béatrice Mariolle “« Architecture au défi de la subagglo : l’urbanisation dispersée entre terrain et territoire»

Lieu : Université Paul Valéry de Montpellier, (site de Saint Charles, métro tramway : Albert 1er).

Date : 13 décembre 2014, 11h

Jury :

– Thierry Verdier, Université Paul Valéry, tuteur (section CNU 22). ED 58

– Valérie Arrault, professeur d’arts plastiques, Université Paul Valéry (section CNU 18). ED 58

– Pascal Chevalier, architecte, professeur de géographie et aménagement, Université Paul Valéry (section CNU 23). ED 60

– Irénée Scalbert, architecte, professeur University of Limerick

– Pieter Versteegh, architecte, professeur université de Fribourg

Résumé de la thèse : Le doctorat, par Validation des acquis d’expérience, constitue une forme d’exercice inédit pour les architectes, sans modèle à suivre puisque j’étais la première, en France, à emprunter cette voie. Je l’ai composé en deux parties, d’un côté, une compilation des publications, et de l’autre, un texte inédit de 150 pages.
Ce travail prend comme toile de fond la ville contemporaine héritée de la deuxième moitié du XXème siècle, celle de la croissance et de la dispersion généralisée, en se focalisant particulièrement sur les extensions dites périurbaines et les secteurs encore appelés ruraux. A travers une présentation thématique et croisée de travaux de recherches, d’enseignement et de maîtrise d’oeuvre en architecture et en urbanisme, cet essai s’attache à questionner le nécessaire renouvellement des outils de l’architecte pour étudier ce qu’André Corboz appelle l’hyperville ou que je nomme, avec une définition un peu différente, la Subagglo. Loin de la ville pensée et planifiée et face au spectre du changement climatique et de la fin des énergies fossiles, peut-on prétendre que l’urbanisation dispersée ait des atouts que la ville dense et compacte ne possède pas ? Est-il possible d’imaginer, dans ces territoires, de nouvelles formes de lien entre les mondes de la biosphère, l’agriculture, et les systèmes urbains? (Veltz 2012). Dans ce travail, le projet, ou plutôt les explorations formelles, tiennent une place centrale, au coeur de la démarche de recherche, au centre du processus d’enquêtes permettant la vérification, l’hypothèse, le débat, la performance, la validation, au même titre que l’écriture (Murray Fraser 2013).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.