Journée d’études “Documenter l’histoire urbaine, architecturale, sociale et culturelle du quartier Richelieu (1750-1950)” – Institut national d’histoire de l’art (Paris) – 15 mars 2023

La Journée d’études “Documenter l’histoire urbaine, architecturale, sociale et culturelle du quartier Richelieu (1750-1950)” aura lieu à l’Institut national d’histoire de l’art(Galerie Colbert, Salle Giorgio Vasari, 2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs – 75002 Paris) le mercredi 15 mars 2023 de 9h15 à 18h.

Accédez à l’annonce : Documenter l’histoire urbaine

Organisateurs

En partenariat avec l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (laboratoire HiCSA) et le projet Synergy n. 177286 « Milan and Ticino (1796-1848). Shaping the Spatiality of a European Capital », FNS

Organisation scientifique : Pierre Coffy (HiCSA, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Charlotte Duvette (INHA)

Comité scientifique : Jean-Philippe Garric (HiCSA, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), France Nerlich (INHA), Laetizia Tedeschi (Archivio del Moderno)

Présentation

L’objectif de cette journée d’études est de questionner le concept du spatial turn, appliqué à l’histoire de l’architecture et de la ville, suivant l’hypothèse que la spatialité recouvre une réalité à la fois physique et culturelle. L’approche convoque des domaines historiques complémentaires. Dans cette perspective, il s’agit d’aborder la ville par sa spatialité et dans son rapport à la société, à travers les réseaux qui la constituent (réseaux artistiques, financiers, ou encore littéraires). S’intéresser à la circulation des savoirs et des modèles, des pratiques commerciales ou éditoriales, des représentations ou des humains favorise la compréhension de l’aménagement et des transformations de l’espace urbain, en évolution perpétuelle.

Les intervenants croiseront les méthodes des disciplines historiques mobilisées, depuis l’histoire de l’art et de l’architecture, de la photographie ou plus généralement des médias, jusqu’à l’histoire éditoriale ou encore la littérature. Un des enjeux de la spatialisation de ces objets d’étude est d’envisager un projet de topographie culturelle à l’échelle de la ville et de son territoire.

Intervenants pressentis

Denis Bocquet (École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg), Elisa Boeri (École polytechnique de Milan), Pierre Coffy (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – université de Milan), Isabelle Conte (docteure en histoire de l’art), Francesco Dendena (Bibliothèque nationale de France), Marc Durand (Archives nationales), Charlotte Duvette (INHA), Jean-Philippe Garric (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Elsa Jamet (Centre André Chastel, Sorbonne-Université), Guy Lambert (ENSAPB, membre IPRAUS/AUSser), Raluca Muresan (Sorbonne-Université), Valérie Nègre (université Paris 1 Panthéon Sorbonne), France Nerlich (INHA), Nathalie Roseau (École nationale des ponts et chaussées), Léa Saint-Raymond (ENS – PSL), Kevin Saliou (université de Brest), Maël Tauziède-Espariat (université Paris Nanterre), Laetizia Tedeschi (Archivio del Moderno), Bertrand Tillier (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)



Citer ce billet
Pascal Fort (2023, 2 mars). Journée d’études “Documenter l’histoire urbaine, architecturale, sociale et culturelle du quartier Richelieu (1750-1950)” – Institut national d’histoire de l’art (Paris) – 15 mars 2023. Carnet de veille UMR AUSser. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v1ix

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search