Séminaire « Fictions de l’architecture : étude des Sources pour l’histoire de l’enseignement » – 15 décembre 2014

Séminaire « Fictions de l’architecture : étude des Sources pour l’histoire de l’enseignement »

Prochaine séance : “Les publications des travaux d’élèves (à l’INHA)” : Jean-Philippe Garric, Camille Bidaud  – Répondante : Marie-Laure Crosnier-Leconte.

Date : 15 décembre 2014

Accédez au site de l’AHTTEP

Partenaires : Université Paris I (HICSA), Université de Bordeaux III, UMR AUSser

Organisateurs : Jean-Philippe Garric, Guy Lambert, Caroline Maniaque, Valérie Nègre, Emilie d’Orgeix, Estelle Thibault, avec Camille Bidaud et Laure Jacquin

Lieu : UMR AUSser, ENSA Paris-Belleville et INHA

Présentation du séminaire : A la suite des travaux rassemblés dans le volume L’Amphithéâtre et l’atelier (Mardaga, 2011) Ce séminaire propose d’aborder le développement des enseignements de l’architecture en France à la période contemporaine, en se concentrant sur les modalités de la transmission didactique dans différents établissements. Il s’agit de comprendre dans quelle mesure les enseignements simulent les différents aspects de la conception architecturale (fiction, imitation et réduction du réel) ou transposent des situations d’exercice comme le concours ou le chantier. Selon les établissements –École des beaux-arts, écoles d’ingénieurs, conservatoire des arts et métiers, École des arts décoratifs– s’élaborent différentes stratégies pédagogiques pour préparer à l’exercice futur de l’architecture : soit par une approche progressive, fondée sur l’assimilation abstraite de paramètres abordés séparément –composition, construction, programme, site…– soit en confrontant l’élève à une complexité calibrée. Les séances se fondent sur l’étude des différentes sources qui documentent la matérialité des échanges pédagogiques, de l’élaboration des sujets à l’évaluation des travaux. On s’intéressera aux supports pédagogiques produits par les enseignants (exercices, énoncés, programmes de concours, annales, références) ainsi qu’aux productions des élèves (esquisses, rendus, maquettes). Depuis la formulation du sujet des exercices, aux consignes et attendus plus ou moins implicites, en passant par la modélisation via le dessin ou la maquette, jusqu’aux différentes pratiques d’évaluation (jurys, corrections ou critiques), les relations entre enseignants et élèves se matérialisent sous diverses formes, écrites, orales, figurées ou fabriquées.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.