[séminaire] OCS #06 + Jeudis de la recherche : “Parle-moi de ta méthode!” – École d’architecture de la ville & des territoires de Paris-Est – jeudi 20 avril 2023

Jeudi 20 avril 2023 à 18h30, à la bibliothèque de l’École d’architecture de la ville & des territoires de Paris-Est aura lieu la séance #06 des séminaires du laboratoire OCS/AUSser

Cette séance sera consacrée à la table-ronde « Parle-moi de ta méthode ! » autour de la question des outils méthodologiques employés dans les recherches de trois doctorant.e.s du laboratoire OCS/AUSser : Moussa Belkacem, Manon Espinasse et Marie Bourget-Mauger.

Accédez à l’annonce : Parle moi de ta méthode !

Présentation

Cette table-ronde, organisée dans le cadre des Jeudis de la recherche, est ouverte à tou.te.s, et nous espérons que les étudiants de master particulièrement, assisteront à ces présentations et discussions, afin de faire des liens entre les outils employés en séminaire et en projet et les poursuites possibles dans la recherche de troisième cycle. 

Cette séance sera précédée, à 18h00, sous l’amphithéâtre, du vernissage de l’exposition des posters des mémoires de licence, où quatre étudiant.e.s de L3 nous présenteront leurs posters parmi ceux exposés. 

A l’occasion de la table-ronde, les doctorant.e.s du laboratoire OCS/AUSser exposeront également des posters retraçant leurs recherches. 

L’exposition sera visible à partir du jeudi 20 avril sous l’amphithéâtre.

La méthodologie de recherche prend une place centrale dans le déroulement des recherches scientifiques et particulièrement, dans le parcours doctoral, durant lequel le jeune chercheur développe des outils qui lui sont propres. Elle est le fil conducteur autour duquel le sujet scientifique se développe et accompagne la mise en place des hypothèses et des questionnements, leurs validations ou leurs redirections. Souvent multiformes, les méthodologies de recherche en architecture empruntent, à d’autres champs disciplinaires un langage, une grammaire et certaines fois des outils, que l’architecte-chercheur s’emploie à réinventer pour interroger les espaces. La discussion à laquelle prendront part trois doctorant.e.s de l’OCS/AUSser, Moussa Belkacem, Marie Bourget-Mauger et Manon Espinasse, présentera ces différentes formes (l’entretien, la constitution d’atlas dessiné et les inventaires photographiques). Ils présenteront ainsi leurs recherches doctorales non pas sous le prisme de l’objet autour duquel gravitent leurs questionnements, mais bien sous celui de leur(s) méthode(s) : celle qu’ils se sont constituée.

Intervenants

Moussa Belkacem : architecte et doctorant à l’OCS/AUSser 

Atlas et itinérance – Adapter ses méthodes de recherche à un corpus large

La thèse en architecture entamée en janvier 2021 sous la direction de Paul Landauer se propose de recenser et documenter de manière inédite les situations de relocalisation de villages entiers, survenues dans le cadre de construction d’infrastructures énergétiques (barrages et mines) en Europe occidentale depuis 1945. La recherche se confronte donc à plus 80 cas repartis dans cinq pays différents, un corpus large qui impose des méthodes adaptées. 
Le recensement prend la forme d’un inventaire graphique systématique, “l’Atlas”: à la fois outils de recherche, de comparaison, de médiation et de communication.
Comment le constituer ? Quelles informations faire apparaître ? Quel est le rôle du graphisme ? Quels outils en découlent ? Quelles en sont les finalités concrètes pour la recherche et la communication ?
Les méthodes des terrains ont également été adaptées. Elles consistent, ici, en une itinérance lente en camping-car, qui permet à la fois de répondre au nombre important de cas à visiter (souvent isolés et mal desservis); mais aussi de basculer d’une logique de “visiteur” à une logique “d’habitant temporaire” du territoire. 
De quelle manière cette approche itinérante transforme-t-elle le rapport au terrain, aux sites et aux territoires étudiés ? Quels en sont les avantages et les contraintes ? De quelle manière impacte-t-elle la posture même de recherche ?

Thèse en préparation depuis 2020, sous la direction de Paul Landauer 
Les déplacements de villages en Europe entre 1945 et 2045. Quelles options de relocalisation pour les lieux menacés de disparition ?

Marie Bourget-Mauger : architecte et doctorante à l’OCS/AUSser

Mener l’enquête – savoir s’outiller pour analyser son terrain

Pour mon travail de recherche sur l’intégration des objets connectés dans l’architecture de bureaux, l’enquête de terrain par entretiens semi-directifs fut la première étape de compréhension du sujet et de ses enjeux. De nombreuses questions se posent alors pour le doctorant néophyte : 

Comment définir son terrain ? 
Quelles sont les différentes méthodologies d’enquête ? 
Comment identifier la méthode la plus adaptée à sa recherche ? 
Comment préparer son enquête et réaliser les entretiens ? 
Comment analyser et utiliser les données recueillies ? 
La communication répondra à ces questionnements et fournira les outils nécessaires pour mener à bien une enquête de terrain.

Thèse en préparation depuis 2018, sous la direction d’Antoine Picon et le co-encadrement de Jean-François Blassel 
Évolution, enjeux et modalités de l’intégration des objets techniques en architecture

Manon Espinasse : architecte et doctorante au LVMT et à l’OCS/AUSser

Interroger, cartographier : méthodes croisées en construction

Le projet de recherche invite à appréhender les évolutions des infrastructures autoroutières de la métropole bordelaise dans une approche d’abord spatiale qu’institutionnelle puis comparative. Au démarrage du projet deux méthodes de recherche croisées sont principalement mobilisées : la carte et l’entretien. 
La construction d’un corpus cartographique interroge le type de données à mobiliser et à produire ainsi que leurs portées relatives. Elle révèle certaines limites à la carte : peut-on tout spatialiser ?  
A partir d’un corpus d’entretiens encore en cours de réalisation auprès d’acteurs locaux (élus, techniciens), la tentative d’analyser les discours des enquêtés par la spatialisation et la schématisation graphique (cartes mentales), peut permettre d’explorer les limites de ces méthodes. 
Plus généralement, ce projet de recherche interroge le recours à la pluralité de méthodes de représentation graphique comme « outil de réflexion » et/ou comme « outil de restitution de résultats ».

Thèse en préparation depuis 2022, sous la direction de Nacima Baron (LVMT) et la codirection d’Éric Alonzo (OCS) 
De paysages autoroutiers à l’émergence de territoires de projets. Observer, représenter, évaluer les territoires de la route pour conduire les transitions des entrées métropolitaines bordelaises



Citer ce billet
Pascal Fort (2023, 13 avril). [séminaire] OCS #06 + Jeudis de la recherche : “Parle-moi de ta méthode!” – École d’architecture de la ville & des territoires de Paris-Est – jeudi 20 avril 2023. Carnet de veille UMR AUSser. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v1jx

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search