[Soutenance] de thèse d’Emmanuel Mille : “Construire la ville en terre. Le pisé, matériau essentiel de l’extension urbaine de Lyon (XVe-XIXe siècles)” – ENSA Grenoble – 30 juin 2023

La soutenance de thèse de Monsieur Emmanuel MILLE aura lieu le vendredi 30 juin 2023, à 14h, amphithéâtre Simounet, École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble (60 avenue de Constantine – Grenoble).

Le titre de la thèse : Construire la ville en terre. Le pisé, matériau essentiel de l’extension urbaine de Lyon (XVe-XIXe siècles).

École doctorale : Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire (SHPT)

Unité de recherche : Architecture, Environnement et Cultures Constructives (AE&CC)

Doctorat en architecture

Directeur de recherche :Monsieur Thierry Joffroy, chercheur HDR, directeur de l’équipe CRAterre, AE&CC, ENSAG

Composition du jury :

  • Rapportrice : Béatrice Mariolle, architecte et professeure HDR (TPCAU), ENSA de Lille, membre IPRAUS/AUSser (ENSA de Paris-Belleville)
  • Rapporteur : Vincent Negri, chercheur HDR, CNRS et Institut des Sciences Sociales du Politique
  • Examinateur : Philippe Devillers, maître de conférences HDR (STA-CIMA), ENSA de Montpellier
  • Examinateur : Thierry Paquot, philosophe de l’urbain et professeur HDR émérite, Institut d’urbanisme de Paris
  • Examinatrice : Sophie Paviol, professeure HDR (HCA), ENSA de Grenoble
  • Directeur de la thèse : Thierry Joffroy, chercheur HDR, directeur de l’équipe CRAterre, AE&CC, ENSA de Grenoble
  • Personnalité invitée : Christophe Margueron, Architecte des Bâtiments de France, UDAP du Rhône et de la Métropole de Lyon

Résumé de la thèse

Cette thèse en architecture renouvelle les connaissances historiques sur l’emploi du pisé de terre crue à Lyon et en offre une lecture inédite. Elle met en lumière l’importance de ce matériau dans l’histoire urbaine de la ville, depuis le Moyen-Age jusqu’au début des années 1900.

Alors que l’on pensait que le pisé avait disparu du paysage urbain lyonnais, cette recherche livre un corpus inédit de 750 édifices contenant du pisé de terre situés sur le territoire de la Métropole lyonnaise, dont 365 sur la commune de Lyon, y compris en secteur UNESCO. Les outils utilisés pour l’analyse de ces bâtiments sont nombreux et complémentaires : analyse quantitative et qualitative, synthèse des données et lecture spatiale par SIG, reconstitution cartographique, analyse morphologique, redessin et photographie.

Le corpus constitué comprend des édifices situés dans les anciens faubourgs ainsi que dans de vastes quartiers urbanisés au XIXe siècle. Les observations croisées, favorisées par la diversité des outils d’analyse utilisés, permettent d’affirmer que le pisé de terre a joué un rôle essentiel lors des expansions urbaines successives de la ville, malgré les diverses réglementations qui ont été mises en place afin d’encadrer son utilisation. Contrairement à certaines idées reçues, il ne s’agit pas uniquement de bâti rural qui serait aujourd’hui englobé dans la ville ou de modestes édifices urbains qui auraient été construits avec une part d’autoconstruction. Le corpus présente en effet de nombreux bâtiments importants (châteaux, maisons bourgeoises, hôpitaux, etc.) ainsi que des immeubles collectifs de très grande hauteur (jusqu’à six niveaux) qui font de Lyon une des villes où les édifices en pisé sont les plus hauts au monde. Enfin, ce corpus illustre une maîtrise remarquable de cette technique de construction et traduit le rôle fondamental de ce matériau économique dans l’urbanisation de Lyon.

Cette thèse incite donc à porter un nouveau regard sur l’histoire constructive et urbaine de la ville et ses implications patrimoniales. Plus largement, dans le contexte actuel de crise écologique, elle porte une dimension prospective sur le potentiel des architectures de terre en milieu urbain, tant dans les pratiques de réhabilitation que dans les chantiers de mise en œuvre contemporaine.



Citer ce billet
Pascal Fort (2023, 31 mai). [Soutenance] de thèse d’Emmanuel Mille : “Construire la ville en terre. Le pisé, matériau essentiel de l’extension urbaine de Lyon (XVe-XIXe siècles)” – ENSA Grenoble – 30 juin 2023. Carnet de veille UMR AUSser. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v1lb

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search