[Hommage] à Jean-Louis Cohen

C’est un acteur et un promoteur infatigable de la recherche architecturale et urbaine qui nous quitte pour passer du côté de l’histoire. Il restera une source d’inspiration pour nombre d’entre nous.

Accédez au texte sur le site de l’UMR AUSser : Jean-Louis Cohen

Texte d’André Lortie

« C’est avec une immense tristesse que nous avons appris le décès de Jean-Louis Cohen, lundi 7 août dernier. Membre de l’Ipraus/AUSser, professeur à l’Institut of Fine Arts de l’Université de New York, cofondateur avec Monique Eleb et Yannis Tsiomis du DEA Le projet architectural et urbain, théories et dispositifs (Ensa de Paris-Belleville, 1991-2005), Jean-Louis était très apprécié pour ses grandes qualités humaines et professionnelles, en France comme à l’étranger. Sa disparition est une énorme perte pour notre milieu de la recherche architecturale et urbaine. Nos pensées vont vers ses proches, ainsi que celles et ceux nombreux qui entretenaient avec lui des relations amicales, professionnelles et intellectuelles. »
– André Lortie, 8 août 2023

Jean-Louis Cohen, 1949-2023

Avec le décès de Jean-Louis Cohen, survenu de manière inattendue lundi 7 août 2023, c’est un acteur et un promoteur infatigable de la recherche architecturale et urbaine qui nous quitte pour passer du côté de l’histoire. Architecte diplômé de l’Unité pédagogique n°6, en 1973, Jean-Louis Cohen a très rapidement assumé des responsabilités de chercheur au sein de l’Institut de l’Environnement, de 1973 à 1976, comme chargé du programme de documentation internationale sur la recherche architecturale, ce qui devait le conduire à succéder à Francis Chassel comme responsable scientifique du Secrétariat de la recherche architecturale, à la Direction de l’architecture du ministère de l’Urbanisme et du Logement (1979-1982). Cette implication précoce dans la mise en place d’une recherche fondamentale en architecture se prolongeait naturellement en formant en 1990 l’équipe Architecture, cultures, sociétés, XIXe-XXe siècles, à l’école d’architecture Paris-Villemin, de concert avec Monique Eleb et Yannis Tsiomis, avec lesquels il s’engageait l’année suivante dans la création du diplôme d’études approfondies « Le projet architectural et urbain, théories et dispositifs » (1991-2005), première étape pour la reconnaissance du doctorat en architecture pour laquelle il a très tôt milité. Un grand nombre de recherches doctorales y ont été initiées sous sa direction et nombreux sont celles et ceux qui peuvent se prévaloir d’avoir été accompagnés par lui vers le doctorat, puis vers l’habilitation à diriger des recherches.

Cette production de connaissances ne pouvait se faire sans une préoccupation majeure pour leur diffusion, que ce soit par l’enseignement, à l’occasion de conférences, de colloques, de radio et télédiffusions, ou dans le cadre de nombreuses expositions. Après avoir enseigné en France, en école d’architecture à Nantes et à Paris, ainsi qu’à l’École des ponts et chaussées et à l’Institut français d’urbanisme, c’est principalement aux Etats-Unis qu’il enseignait et encadrait des recherches doctorales, en tant que titulaire de la chaire Sheldon H. Solow d’histoire de l’architecture à l’Institute of Fine Arts de l’Université de New York à partir de 1994, et comme professeur invité à l’université de Princeton. C’est toutefois par sa participation à ou sa direction de nombreuses expositions sur l’architecture, l’urbanisme, et leurs rapports à la politique, à l’art et la culture que Jean-Louis Cohen s’est fait connaître auprès d’un public élargi. Depuis sa participation à l’exposition « Paris-Moscou » du centre Georges-Pompidou, en 1979, jusqu’à la récente « Paris Moderne 1914-1945: Architecture, Design, Film, Fashion » dont il était le commissaire pour la Shanghai Power Station of Art, c’est plus de vingt expositions majeures dont il a assuré le commissariat scientifique, du MoMA de New York, au Centre canadien d’architecture à Montréal. Son principal défi a été le rapprochement du Musée des monuments français et de l’Institut français d’architecture, en tant que chef du projet de la Cité de l’architecture et du patrimoine, au palais de Chaillot (1998-2003), dont il fut arbitrairement dessaisi.

Ses compétences scientifiques et son sens des institutions étaient reconnus à l’échelle internationale où il était invité à siéger à de nombreux conseils et instances, à la Harvard University, à Cambridge, au Centre canadien d’architecture, à Montréal, à la Fondation Le Corbusier, à Paris, en tant que Président du conseil scientifique pour la restauration de la maison de Constantin Melnikov, à Moscou, ou comme Conseil pour l’Architecture et le Design au Museum of Modern Art de New York, pour ne nommer que les plus prestigieux. En France, la reconnaissance de sa maîtrise des questions architecturales et urbaines fut consacrée par le Collège de France. Il y a assuré la première chaire dédiée à « Architecture et forme urbaine », de 2014 à 2021, en tant que professeur invité.

Ainsi Jean-Louis Cohen nous laisse-t-il une œuvre foisonnante, produite à l’occasion d’expositions majeures et de programmes de recherche ambitieux. C’est près de soixante-dix ouvrages, de sa main, comme directeur ou co-auteur, dans lesquels il a abordé les architectes majeurs du XXe siècle, de Le Corbusier à Frank Gehry, autant que des sujets plus personnels, à l’instar de ses réflexions sur la manière dont la pensée sur la ville, l’architecture et le design s’est vue transformée par les grandes guerres. Ces domaines, parmi lesquels il faut mentionner ceux majeurs que sont Paris et New York, il les aura creusés sans relâche, tout en restant ouvert au renouvellement des questionnements qui traversent nos sociétés. Les dynamiques de transferts culturels le passionnaient particulièrement, dès ses premières recherches à l’Institut de l’Environnement, où il s’intéressait à l’Allemagne, l’Italie et l’URSS, jusqu’à la grande exposition « Interférences » à Strasbourg, il y a dix ans, en passant par l’américanisme et la tentation de l’Amérique. Encore récemment, il publiait un essai sur le « trans-urbanisme », Transurban. Three Essays Exploring Perspectives on the International Circulation of City Form (Delft, 2021).

Avec la disparition de Jean-Louis Cohen, c’est une puissance scientifique pionnière et une détermination à promouvoir l’histoire de l’architecture comme ressource pour penser le présent et préserver le passé que nous perdons. Mais disparait aussi une personnalité attachante, généreuse et engagée, pour laquelle l’architecture tenait son sens de son épaisseur sociale et politique. Il restera une source d’inspiration pour nombre d’entre nous, tant les pistes qu’il a ouvertes nous invitent à poursuivre son engagement pour une recherche sur l’architecture et la ville en prise avec le temps présent.



Citer ce billet
Pascal Fort (2023, 4 septembre). [Hommage] à Jean-Louis Cohen. Carnet de veille UMR AUSser. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v1nf

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search