Appel à contributions “Le Patrimoine et la Grande Guerre” – décembre 2012

In Situ, revue des patrimoines

Le Patrimoine et la Grande Guerre
Appel à contributions

La revue In Situ projette la publication en ligne de deux numéros spécialement consacrés au patrimoine lié à la Grande Guerre : l’un axé sur la question du patrimoine dans la guerre, l’autre à celle du patrimoine produit par le conflit mondial.

Les propositions d’une dizaine de lignes devront être adressées aux responsables scientifiques ainsi qu’au secrétariat de rédaction au plus tard fin décembre 2012, pour une remise des articles retenus pour juin 2013.

Les communications couvriront l’ensemble du champ patrimonial et porteront, sans exclusive, sur les thématiques suivantes :

1) Le patrimoine dans la guerre

Le patrimoine, enjeu de propagande dès l’automne 1914 . Outre les éminents symboles patrimoniaux qui traverseront toute la durée du conflit (Reims, Albert, Arras), l’édifice ruiné, principalement l’église (les églises « tombées au champ d’honneur » selon la célèbre formule anthropomorphique de Barrès), devient un outil de propagande particulièrement efficace et abondamment utilisé en d’innombrables publications. Les détournements de l’image photographique dans ses multiples diffusions en sont le révélateur souvent spectaculaire. Par ailleurs, les atteintes au patrimoine historique et monumental et l’établissement des responsabilités suscitent de violentes controverses jusque et y compris au plus haut niveau de l’archéologie monumentale. Aux Monuments français détruits par l’Allemagne d’Arsène Alexandre répond ainsi le Kunstshutz in Frankreich de Paul Clemen. On peut également rappeler les publications d’Eugène Lefèvre-Pontalis et d’Etienne Moreau-Nélaton.

L’action du Service des Monuments historiques pendant le conflit : le rôle de Paul Léon, directeur des Services d’Architecture (sa célèbre formule dans son ouvrage La Renaissance des ruines : « c’est la France d’hier qui doit renaître demain ») ; les campagnes de classement M.H. pendant la guerre ; les campagnes de relevés confiés à l’architecte en chef des M.H. André Ventre ; les missions des peintres aux armées et leur volet documentaire.

La mise en oeuvre d’un tissu industriel adapté : loin du front, et à travers tout le territoire, le conflit représente une mobilisation technologique et industrielle sans précédent, avec l’extension d’ateliers existants ou la création de nouveaux établissements de production de masse. De nombreux sites du patrimoine industriel témoignent encore de cet « effort patriotique de guerre ». L’année 1917 et une action plus opérationnelle dans les régions dévastées : le repli allemand du printemps 1917 et ses conséquences (dynamitages systématiques de Chauny et Coucy ; libération de Noyon, etc.) ; les premières évaluations, sur le terrain, des dommages de guerre ; les premières opérations de consolidation et de restauration (interrompues par les opérations militaires de 1918).

La protection des monuments et oeuvres d’art en temps de guerre : l’action des architectes en chef et architectes ordinaires des M.H. dans les départements dévastés ; campagnes d’évacuation et de protection des oeuvres et objets d’art, ainsi que des archives côté français ; le dépôt allemand de Maubeuge.

La dépose des vitraux avec pertes consécutives Les oeuvres séquestrées

Le débat sur la restauration (ou non) du patrimoine classé mutilé par la guerre : l’exemple de la cathédrale de Reims se pose dès 1914 (débat animé dans la presse). De nombreux autres exemples suivront.

2) Le patrimoine de la guerre

La reconstruction des édifices détruits ; les coopératives de reconstruction.

La protection des « lieux de mémoire », innovation de la Première Guerre mondiale : alors que le conflit est encore en cours, on songe déjà à protéger pour maintenir en l’état un certain nombre de lieux de combats ; les listes de 1919 ; les lieux de guerre, premiers sites ou « monuments » du XXe siècle à être protégés au titre des M.H. (dès 1919) ; entre protection et effacement ; protéger pour commémorer ; les cimetières ; sacralisation de villages ; une muséographie spécifique ( ?).

Retour sur expérience : 1917 au Centre Pompidou-Metz ; enjeux touristiques et économiques, littérature de tourisme spécialisée ; la conservation des sites : problèmes et enjeux.

Collecte et patrimonialisation des objets mobiliers produits par et dans la Grande Guerre, incluant les papiers, écrits, carnets produits dans le contexte de la Grande Guerre et qui font l’objet d’une attention particulière.

Les fouilles archéologiques . Méthodes, spécificité des approches.

OEuvres et édifices au service de la commémoration : monuments aux morts, vitraux, chapiteaux d’églises…
Une attention particulière portée au patrimoine photographique, filmique, mais aussi aux artistes dont l’oeuvre témoigne du conflit permettra de nourrir ces dossiers et de mettre à profit les ressources qu’offre la publication en ligne de la revue.

Les propositions d’une dizaine de lignes devront être adressées aux responsables scientifiques ainsi qu’au secrétariat de rédaction au plus tard fin décembre 2012, pour une remise des articles retenus pour juin 2013.

Responsables scientifiques du numéro :
Elsa Marguin-Hamon, Direction des archives nationales, Département de l’action culturelle et éducative
elsa.marguin@culture.gouv.fr

Jean-Charles Cappronnier, Direction des archives nationales, Département de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’agriculture
jean-charles.cappronnier@culture.gouv.fr

Paul Smith, Direction générale des patrimoines, Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique
paul.smith@culture.gouv.fr

Secrétariat de rédaction :
Françoise Cosler, Direction générale des patrimoines, Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique
francoise.cosler@culture.gouv.fr

Pour les recommandations particulières aux auteurs (nombre de pages, illustrations, notes, liens, etc.) voir :
http://insitu.revues.org/401


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.