[Soutenance] de thèse de Sina ABEDI : “Le désir d’avant-garde. Discours et pratiques de deux décennies de modernisation architecturale en Iran. 1960-1979” – École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville – 23 octobre 2023

La soutenance de thèse de doctorat en architecture de Sina ABEDI dont le titre est “Le désir d’avant-garde. Discours et pratiques de deux décennies de modernisation architecturale en Iran. 1960-1979” aura lieu à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville (salle du conseil (bâtiment A, 1er étage), 60 boulevard de la Villette, 75019 Paris) le 23 octobre 2023 à 14h30.

Cette a été préparée au sein de l’équipe de recherche IPRAUS/ UMR AUSser 3329, sous la direction de Cristiana Mazzoni (professure HDR, ENSA de Paris-Belleville), Université Paris-Est Sup, Ecole doctorale Ville, Transports et Territoires.

Membres du jury

– Enrico CHAPEL, Professeur à l’ENSA Toulouse, rapporteur,

– Laura Valeria FERRETTI, Professeure Université Sapienza de Rome, rapporteure,

– André LORTIE, Professeur à l’ENSA Paris-Belleville, examinateur,

– Cristiana MAZZONI, Professeure à l’ENSA Paris-Belleville, directrice de la thèse.

Résumé de la thèse

Cette recherche, réalisée à partir de sources inédites, explore la période de prospérité qui a débuté à la fin des années 1960 en Iran, lorsque le commerce du pétrole iranien décollait. Le choc pétrolier de 1973 et les multiples hausses de prix ont marqué un tournant pour les économies du Moyen-Orient. Entre 1965 et 1977, la population de l’Iran a augmenté de 40 %, et le budget annuel est passé rapidement de près d’un milliard de dollars à 48 milliards de dollars.

Au cours des trois derniers plans nationaux de développement (1960-1979), l’État iranien a soutenu le développement de grands projets architecturaux ambitieux, tant publics que privés, désirant faire de l’Iran « le centre régional des arts et de l’architecture ». Ce développement architectural a été accompagné par la publication de nouveaux périodiques architecturaux et l’organisation de grandes conférences et de concours internationaux réunissant des architectes de renommée internationale. L’arrivée de ces « maîtres architectes », ainsi que celle de grandes agences d’architecture américaines et européennes embauchées pour concevoir des projets urbains, a permis à une génération d’architectes iraniens de collaborer avec certains des meilleurs talents du monde occidental. Parallèlement, des programmes spéciaux nationaux ont été mis en place pour préserver et restaurer les sites historiques du pays.

Cette recherche est également une tentative d’évaluer le développement architectural sous le patronage royal de Farah Diba et le rôle influent qu’elle a maintenu dans la popularisation de la culture iranienne moderne. Patronnant de nombreuses organisations sociales, culturelles, éducatives et médicales, elle a mis en œuvre des stratégies afin de se servir de l’architecture comme d’un instrument approprié pour légitimer son rôle politique. Ces efforts constituaient, en partie, une stratégie politique visant à présenter l’Iran comme un pays avant-gardiste doté d’une histoire glorieuse. Ce désir d’avant-garde exprime une aspiration complexe à allier innovation et progrès aux contraintes culturelles, sociales et éducatives existantes. Alimenté par un essor économique déséquilibré, il se manifeste par l’importation d’idées et pratiques occidentales déjà dépassées. Ainsi, ce désir illustre un paradoxe où la volonté de progresser est entravée par des contraintes infrastructurelles et sociétales, empêchant l’émergence d’une véritable avant-garde locale.

Ispahan, ville emblématique des diverses tendances architecturales de cette période, se caractérise par des initiatives paradoxales visant à sauvegarder son riche héritage culturel, profondément marqué par la tradition des jardins persans, tout en accueillant de gigantesques équipements industriels. Dans ce contexte complexe, la question cruciale de la pérennité d’Ispahan face aux influences de la modernité et aux défis du développement contemporain demeure une préoccupation centrale.

Prenant fin avec l’avènement de la révolution islamique en 1979, cette période façonne l’avenir de l’architecture en Iran et constitue une base importante pour la compréhension de la modernité architecturale dans un contexte non occidental. Elle illustre les changements massifs et rapides qui oscillent entre deux extrêmes : d’une part, la fascination pour l’Occident incarnant la modernité et l’avant-garde ; et d’autre part, l’attachement à l’Orient représentant la tradition et les valeurs indigènes.



Citer ce billet
Pascal Fort (2023, 16 octobre). [Soutenance] de thèse de Sina ABEDI : “Le désir d’avant-garde. Discours et pratiques de deux décennies de modernisation architecturale en Iran. 1960-1979” – École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville – 23 octobre 2023. Carnet de veille UMR AUSser. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v1os

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search