Soutenance de thèse de M. Joël Chirino : “La déterritorialisation du projet urbain. Le cas des musées Gugenheim” – ENSA Paris-Val-de-Seine – 30 janvier 2015

M. Joël Chirino soutiendra sa thèse de doctorat en aménagement et urbanisme (doctorat es lettres et sciences humaines) intitulée “La déterritorialisation du projet urbain. Le cas des musées Gugenheim”

Date : le vendredi 30 janvier 2015 à 10h

Lieu : ENSA Paris-Val de Seine, 3-15 quai Panhard & Levassor, 75013 Paris. Salle 102

Jury:

Mme Véronique Biau, AUCE, CRH/LAVUE, ENSA Paris-Val de Seine

Mme Anne Fournié, MC, Université Paris Est Créteil, co-directrice de thèse

Mme Maria Gravari-Barbas, professeur, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

M. Bernard Haumont, professeur, ENSA Paris-Val de Seine, directeur de thèse

Mme Béatrice Mariolle , MA, ENSA Paris-Belleville, rapportrice

M. David Navarrete, professeur, Universidad de Guanajuato (Mex.), rapporteur

Mme Pascale Philifert, professsur, Université Paris Ouest Nanterre

Présentation : La déterritorialisation du projet urbain. Le cas des musées Gugenheim.

Le début du XXIe siècle est marqué par une transformation constante qui façonne le monde à travers les dynamiques générées par la globalisation. Celles-ci ont progressivement transformé la configuration économique, politique, sociale et culturelle des villes à l’échelle mondiale et dans quasiment toutes les activités humaines et disciplines comme l’urbanisme. Ainsi les villes cherchent à garder ou à trouver un positionnement stratégique sur la scène internationale, souvent à partir d’une planification stratégique. Au sein des nouvelles démarches « stratégiques » est né le projet urbain dit « déterritorialisé », sous la forme d’une formule transposable. La thèse s’intéresse à la déterritorialisation du projet culturel et en particulier à celle des musées Guggenheim.

Les projets « déterritorialisés » sont définis par des grands développeurs internationaux qui les transposent dans différentes villes, de manière à ce qu’elles puissent en tirer le maximum de bénéfices et vice-versa. Les effets attendus sont généralement d’ordre économique et d’image, ce qui séduit les responsables des villes, en quête de tels projets. Quelle est la nature de tel projet ? Quelles sont les conditions de leur déterritorialisation et de leur importation ?

La globalisation a favorisé la reproductibilité universalisée du projet urbain afin qu’il soit conçu selon un modèle de production en réseau, c’est-à-dire grâce à une série d’alliances stratégiques au niveau mondial entre les équipes de concepteurs, les demandeurs et les investisseurs. Ceci nécessite l’échange des savoir-faire et des expertises conjuguées en transformant l’échelle d’intervention du projet. Alors quelle dialectique s’établit entre le global et le local, s’agit-il d’une échelle « glocale » ? Selon quels modes opératoires se fabrique donc le projet déterritorialisé ? Comment modifie-t-il la gouvernance urbaine ?

Pour répondre à cette question, nous prendrons un cas symptomatique de cette déterritorialisation : le réseau global des musées Guggenheim dans 3 villes différentes : New York (ville d’origine du réseau Guggenheim), Bilbao (antenne du réseau Guggenheim) et Guadalajara (future antenne Guggenheim).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.