[En hybride] 4e Rencontre autour de ma thèse : “La notion de patrimoine urbain dans les règlements urbains parisiens du Plan d’Occupation des Sols (POS) au Plan Local d’Urbanisme Bioclimatique (PLUB) (1967 – 2024)” – ÉNSA de Paris-Belleville – lundi 13 novembre 2023

L’Ipraus/AUSser (Énsa de Paris-Belleville) vous convie à la 4e Rencontre autour de ma thèse : La notion de patrimoine urbain dans les règlements urbains parisiens du Plan d’Occupation des Sols (POS) au Plan Local d’Urbanisme Bioclimatique (PLUB) (1967 – 2024)

qui aura lieu le lundi 13 novembre 2023, 13h15-14h (30 mn échange doctorant/enseignants et 15 mn questions/réponses avec le public) en format hybride (en présentiel et en distanciel) au centre de recherche documentaire IPRAUS/AUSser à l’Énsa de Paris-Belleville (60, boulevard de la Villette, 75019 Paris, bâtiment B, 3ème étage).

Si vous ne pouvez vous déplacer, je vous donne le lien zoom afin d’y assister en distanciel :
https://zoom.us/j/93953797799?pwd=dlJaQzBGOUhBQ1hCcWg1TVlvTDhidz09
Code secret : 214185

Vous êtes étudiant, enseignant-chercheur de Paris-Belleville ou extérieur, vous êtes intéressé par le sujet et/ou pour vous lancer dans une thèse, venez échanger en toute convivialité. Cette rencontre est pleinement ouverte.

Vous pouvez venir avec votre sandwich.

Les intervenants

Clémence Bourdier, doctorante IPRAUS/AUSser sous la direction de Cristiana Mazzoni avec le co-encadrement de Philippe Simon, échangera sur son parcours et sur son sujet de thèse : La notion de patrimoine urbain dans les règlements urbains parisiens du Plan d’Occupation des Sols (POS) au Plan Local d’Urbanisme Bioclimatique (PLUB) (1967 – 2024)

Augustin Cornet, Maître de conférences en Théories et Pratiques de la Conception Architecturale et Urbaine à l’Énsa de Paris-Belleville, sera le discutant.

André Lortie, directeur de l’IPRAUS/AUSser, animera cette rencontre.

Cette thèse est en préparation à l’Université Gustave Eiffel, dans le cadre de l’École doctorale Ville, Transports et Territoires, en partenariat avec l’IPRAUS – Institut Parisien de Recherche Architecture Urbanistique Société (laboratoire à l’Énsa de Paris-Belleville). Contrat CIFRE avec le CAUE de Paris.

Résumé de la thèse

La thèse de doctorat étudie le rapport entre inventaire patrimonial et planification urbaine à Paris, depuis la mise en oeuvre du premier Plan d’Occupation des Sols (1967) jusqu’à celle du Plan Local d’Urbanisme bioclimatique en cours d’élaboration. Le terme d’inventaire patrimonial fait d’abord référence à l’Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France crée en 1964 par le ministre des Affaires Culturelles André Malraux, renommé Inventaire Général du Patrimoine Culturel en même temps que sa décentralisation en 2004. Il s’agit d’une vaste entreprise de documentation du patrimoine français visant à « recenser, étudier et faire connaître toute oeuvre qui, du fait de son caractère artistique, historique ou archéologique, constitue un élément du patrimoine national ». Après la création de l’Inventaire Général du Patrimoine Culturel, la démarche ne se concrétise pas à Paris, mais cette méthode de recensement se développe au service des politiques urbaines de la municipalité puisqu’elle est principalement mobilisée lors de l’élaboration des règlements urbains. Cela implique une évolution des méthodes et des critères de choix des objets inventoriés, participant d’une extension de la notion de patrimoine. Nous partons ainsi du postulat que même si aucun Inventaire Général ne fut réalisé sur l’ensemble du territoire parisien, il existe toutefois des inventaires architecturaux et urbains qui illustrent, à travers les différents enjeux de politique urbaine et règlements urbains auxquels ils répondent, l’évolution de la notion de patrimoine urbain à Paris depuis les cinquante dernières années. Celle-ci est explorée au prisme de quatre révisions de règlements urbains (POS, POS de quartier, PLU, PLUB). La lecture transversale de ces corpus s’appuie sur une grille d’analyse comparative. Celle-ci met en relation les acteurs (qui relève ?), les critères et champs disciplinaires (qu’est-ce que l’on relève ?), les méthodes (comment relève-t-on ?), et les représentations (comment restitue-t-on le relevé ?). Le règlement du PLU bioclimatique (PLUB) est encore en cours d’élaboration. Aussi, ce dernier corpus est constitué par le biais de la participation observante. Celle-ci est rendue possible grâce à un contrat CIFRE mené au sein du CAUE de Paris, qui a accompagné la Direction de l’Urbanisme de la mairie de Paris durant les deux ans de concertation pour la révision de son règlement urbain, entre 2021 et 2022. Réaliser une étude comparative questionnant l’apport du travail d’inventaire architectural et urbain apportera une nouvelle lecture transversale de ces documents d’urbanisme, et permettra d’éclairer le cas contemporain du PLU Bioclimatique.



Citer ce billet
Pascal Fort (2023, 17 octobre). [En hybride] 4e Rencontre autour de ma thèse : “La notion de patrimoine urbain dans les règlements urbains parisiens du Plan d’Occupation des Sols (POS) au Plan Local d’Urbanisme Bioclimatique (PLUB) (1967 – 2024)” – ÉNSA de Paris-Belleville – lundi 13 novembre 2023. Carnet de veille UMR AUSser. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v1ou

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search