Séminaire de recherche doctorale : Le geste, la parole, l’écrit Enquête sur les formes de la mémoire collective dans l’aire culturelle sud-est asiatique

Séminaire de recherche doctorale : Le geste, la parole, l’écrit Enquête sur les formes de la mémoire collective dans l’aire culturelle sud-est asiatique

Accédez au site du CASE : cliquez ici

Extrait du site du CASE :

Ecole doctorale n°265 Langues, littératures et sociétés du monde de l’INALCO SeDyL (UMR 8202 INALCO, CNRS, IRD 135)

Organisé un jeudi par mois, le séminaire a lieu à l’INALCO, 2 rue de Lille, à Paris, de 14 h à 17 h en salle (à préciser en temps voulu).

Séminaire coordonné par :

– Joseph Thach (INALCO, SeDyL, joseph.thach@inalco.fr),

– Grégory Mikaelian (CNRS, CASE, deltadumekong@yahoo.com)

– Stéphanie Khoury (ATER-Université Paris X, CREM-CASE, stephanie.khoury@gmail.com)

Dans le sillage des travaux, déjà anciens, menés sur la perception du passé en Asie du Sud-Est, ce séminaire vise à faire dialoguer les disciplines autour des trois supports de la production de la mémoire collective, souvent dissociés dans l’analyse, que sont le geste, la parole et l’écrit. Alternant approche linguistique, historique, ethnologique ou encore géographique, les intervenants questionneront les différentes manières d’appréhender les traces du monde ancien dans lequel s’origine le monde présent des locuteurs. Une attention particulière à la mémoire de très longue durée permettra d’aborder l’hypothèse d’éventuelles spécificités propres aux organisations sociales et constructions politiques de parler austro-asiatique ou austronésien.

Programme 2015 : Les pratiques et les représentations collectives de l’espace.

Parce que les pratiques et les représentations collectives s’ancrent dans un espace identifié, elles font de lui un support de mémoire privilégié. En confrontant les représentations cambodgiennes de l’espace à d’autres traditions, on cherchera à cerner comment elles sont susceptibles de transmettre des éléments fondamentaux de la mémoire collective à différentes échelles. Chaque séance sera animée par deux intervenants disposant chacun d’une heure et demi.

Programme :

1. Jeudi 26 février : Séance introductive.

2. Jeudi 19 mars : Charles Malamoud (EPHE) et Yves Goudineau (EFEO-CASE ; sous réserve). L’espace du sacrifice. La délimitation de l’espace sacrificiel en Inde et en Asie du Sud-Est. Séance co-organisée avec le séminaire « Anthropologie comparée à partir de l’Asie du Sud-Est » (EHESS/CASE/EFEO) se déroulant exceptionnellement à la Maison de l’Asie, 22 av. du Président Wilson, 76116 Paris).

3. Jeudi 2 avril : Frédéric Durand (Toulouse II – Le Mirail) et Grégory Mikaelian. Les représentations cartographiques de l’espace. La cartographie cambodgienne de 1897 à l’épreuve des représentations vernaculaires de l’espace dans l’aire culturelle sud-est asiatique.

4. Jeudi 16 avril : Emmanuel Francis (CNRS-CEIAS) et Eric Bourdonneau (EFEO-CASE). Topogénie et généalogie dans les inscriptions du Cambodge ancien et du monde pallava.

5. Jeudi 21 mai : Dana Rappoport (CNRS-CASE) et Stéphanie Khoury. La construction musicale et gestuelle des espaces rituels. Continuité, rupture et récupération de la mémoire orale véhiculée par les chants toraja (Indonésie) et le théâtre khmer (Cambodge).

6. Jeudi 25 juin : Sophie Vassilaki (INALCO-SeDyL) et Joseph Thach. De l’espace de l’identité à l’identité de l’espace. Regards croisés sur les notions de mêmeté, d’altérité et de frontière à partir des marqueurs linguistiques en grec et en khmer.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.