[En hybride] 5e Rencontre autour de ma thèse avec Angèle Denoyelle : “Concilier Monument et espace vivant : le projet de paysage comme démarche de restauration des jardins historiques” – ÉNSA de Paris-Belleville – 11 décembre 2023

L’Ipraus/AUSser (Énsa de Paris-Belleville) vous convie à la 5e Rencontre autour de ma thèse : “Concilier Monument et espace vivant : le projet de paysage comme démarche de restauration des jardins historiques”

qui aura lieu le lundi 11 décembre 2023, 13h30-14h15 (30 mn échange doctorant/enseignants et 15 mn questions/réponses avec le public) en format hybride (en présentiel et en distanciel), au centre de recherche documentaire IPRAUS/AUSser à l’Énsa de Paris-Belleville (60, boulevard de la Villette, 75019 Paris, bâtiment B, 3ème étage).

Si vous ne pouvez vous déplacer, je vous donne le lien zoom afin d’y assister en distanciel :
https://zoom.us/j/92379448723?pwd=S2h1cnZnMHhCM0ZzK3Byb1FXVHgvZz09
Code secret : 056781

Vous êtes étudiant, enseignant-chercheur de Paris-Belleville ou extérieur, vous êtes intéressé par le sujet et/ou pour vous lancer dans une thèse, venez échanger en toute convivialité. Cette rencontre est pleinement ouverte.

Vous pouvez venir avec votre sandwich.

Les intervenants

Angèle Denoyelle, maîtresse de conférences associée “Ville et territoires” et docteure IPRAUS/AUSser à l’Énsa de Paris-Belleville, échangera sur son parcours et sur son sujet de thèse.

Philippe Simay, Maître de conférences en philosophie et membre de l’équipe de recherche IPRAUS/AUSser à l’Énsa de Paris-Belleville, sera le discutant.

André Lortie, directeur de l’IPRAUS/AUSser à l’Énsa de Paris-Belleville, animera cette rencontre.

Cette thèse était sous la direction de Jean-Paul Midant et en préparation à l’Université Paris-Est Sup, dans le cadre de l’École doctorale Ville, Transports et Territoires , en partenariat avec l’IPRAUS – Institut Parisien de Recherche Architecture Urbanistique Société (laboratoire de l’Énsa de Paris-Belleville).

Résumé de la thèse

Les jardins historiques présentent un paradoxe majeur : conserver et transmettre un patrimoine en perpétuel changement.

Longtemps écartés des préoccupations des Monuments Historiques pour cette raison, ils concentrent, en effet, la plupart des points ambigus de la conservation et de la restauration patrimoniales, et principalement celui du respect de l’évolution d’un monument.

Leur prise en charge par l’administration des Monuments Historiques au cours des années 1980, si elle a permis à nombre d’entre eux d’échapper à l’oubli et à la disparition, a aussi entrainé l’application de ses doctrines et méthodes, fondées sur le principe d’unité de style, hérité du XIXe siècle et visant à reproduire une image historique. Ces réalisations, qui font du jardin un musée, occultent par conséquent totalement son aspect vivant.

Parallèlement à ce cadre légal pourtant, une autre approche est apparue. A la croisée des démarches des paysagistes et des historiens de l’art des jardins, celle-ci, a convoqué un ensemble de disciplines pouvant contribuer à éclairer le sujet et à en explorer les multiples dimensions.

L’enjeu est non seulement de définir ce qu’est un jardin historique, mais aussi d’en définir les critères de protection et de restauration. Peuvent-t-ils être les mêmes que ceux appliqués à l’architecture ?  Un jardin peut-il être considéré comme un édifice ? Ou, au contraire, en tant que patrimoine dont le matériau principal est vivant, doit-on contribuer à conserver cette nature vivante et sa dynamique naturelle de renouvellement ?

Au regard des réalisations portées par les deux approches et des enjeux écologiques de plus en plus impactants sur la dimension naturelle du jardin, il nous paraît légitime d’interroger aujourd’hui la pertinence du projet de paysage dans la restauration des jardins historiques en remplacement – ou en complément – de la restitution à l’identique portée par les Monuments Historiques.

L’objet de cette recherche est donc de mettre en parallèle restauration des jardins historiques et démarche de projet de paysage afin d’évaluer la capacité de celui-ci à répondre à l’ensemble des dimensions à la fois monumentales et vivantes du jardin, et si il peut être avancé comme une approche légitime et efficace.

Ainsi,  grâce à l’étude du processus de patrimonialisation des jardins, des doctrines d’intervention qui s’y sont appliquées mais aussi de l’analyse patrimoniale et paysagère de plusieurs réalisations anciennes et contemporaine – notamment le jardin des Tuileries, celui du musée Rodin et celui du château du Grand Jardin à Joinville – notre objectif est de montrer comment, en travaillant à partir du site lui-même et d’une analyse fine du terrain, le projet de paysage permet de tenir compte non seulement de l’histoire du lieu – en permettant la lecture des traces encore perceptibles – et d’assurer sa conservation et sa transmission mais aussi de perpétuer l’intelligence du site et des dynamiques du vivant, naturelle et métaphysiques. Ce faisant, il permet de dépasser la seule conservation de la forme et de révéler l’esprit des lieux du jardin au travers de sa spatialité. 



Citer ce billet
Pascal Fort (2023, 22 novembre). [En hybride] 5e Rencontre autour de ma thèse avec Angèle Denoyelle : “Concilier Monument et espace vivant : le projet de paysage comme démarche de restauration des jardins historiques” – ÉNSA de Paris-Belleville – 11 décembre 2023. Carnet de veille UMR AUSser. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v1pn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search