Programme de recherche “Vingt années sous la Manche et au-delà / Twenty years under the Channel and beyond” – Rails et histoire

Programme de recherche “Vingt années sous la Manche et au-delà / Twenty years under the Channel and beyond”

C’est un programme de recherche et d’événements à l’occasion du 20e anniversaire de la liaison ferroviaire transmanche proposé par Rails et histoire, avec le soutien de KPMG et de M. Christian Cambier.

Accédez à l’information : cliquez ici

Extrait du site présentant ce programme :

Le programme a pour objet le système ferroviaire transmanche Paris-Londres-Bruxelles pris au sens le plus large. Sa durée totale est de trois ans, de 2014 à 2016, dont deux années consacrées à la recherche. Son achèvement coïncidera avec le trentième anniversaire du Traité de Cantorbéry, signé en février 1986 entre Margaret Thatcher et Francois Mitterrand, qui a permis le démarrage du projet.

• Il a trois objectifs :

1. établir l’état des connaissances sur la Liaison fixe transmanche : expériences, expertises, sources écrites et mémoire orale

2. en mesurer les réalisations à l’échelle régionale, nationale et européenne ; expliquer les écarts avec les hypothèses à l’origine du projet

3. en tirer les enseignements pour l’avenir, pour le financement et l’exploitation des grands systèmes de transport, des grandes infrastructures, les partenariats public-privé (PPP).

La direction scientifique du programme est assurée par un conseil scientifique international. L’approche est résolument multidisciplinaire et vise à créer un dialogue à tous les niveaux entre acteurs et scientifiques. Elle encourage également l’échange de points de vue internationaux, en privilégiant les visions croisées entre le Royaume-Uni et la France.

Le public auquel le programme est destiné se répartit entre acteurs du transport et de l’aménagement, des finances et de l’économie, d’une part, et chercheurs, analystes, universitaires, d’autre part. La communication mettra en valeur les thématiques susceptibles de toucher le grand public : mobilité, technologie, aménagement, économie, Europe, régions.

Parallèlement, une campagne d’archives orales sera menée, avec analyse et exploitation immédiate par la recherche. Le programme doit aussi être l’occasion de préserver des fonds d’archives, tant dans les entreprises que chez les particuliers, en faisant reconnaître par leurs détenteurs leur valeur historique et en favorisant leur versement dans des centres d’archives.

Langues de travail et de communication : français, anglais

Thèmes étudiés

5 thèmes sont proposés par le Conseil scientifique. Chaque thème sera étudié lors d’un événement de format approprié, en 2015 et 2016, et coordonné par une équipe franco-britannique.

1. Géographie et économie des transports : comment ont évolué les échanges de biens et de personnes depuis 1994 ? Nature, géographie, évolution des trafics générés par la liaison fixe et les infrastructures d’accompagnement ; création et/ou détournement ; impact sur les chargeurs, les usagers, les exploitants ; analyse coûts-bénéfices a priori et a posteriori de leur point de vue ; concurrence intermodale : ferries, lignes aériennes ; nouvelle géographie portuaire ; gares et urbanisme ; axes et sens des échanges.

2. Financement et gouvernance des grands projets d’infrastructures : quels sont les enseignements à tirer des cas Eurotunnel, Eurostar, High Speed 1 ? Régulation : contrats, supervision (commissions intergouvernementale et de sécurité, régulation ferroviaire) ; choix du financement privé pour le tunnel, public et privé pour les infrastructures d’accompagnement ; rôle des marchés d’actions et obligataires, du crédit ; évolution des méthodes de prévision ; modalités de la restructuration financière d’Eurotunnel. Stratégie de développement des entreprises ; Eurotunnel : du concessionnaire au groupe de transport diversifié ; gestion des crises.

3. Développement régional : quel rôle a joué ce système de transport novateur dans l’évolution des régions desservies ? En quoi structure-t-il l’espace et les échanges économiques, comment sont répartis les gains économiques et sociaux ? L’attractivité territoriale, la compétitivité, les effets d’augmentation et de diversion ? La localisation des investissements et les investissements directs étrangers ? Les résultats sont-ils à la hauteur des attentes ? L’aménagement du territoire prouve-t-il son efficacité ? Quelles externalités pouvons-nous identifier ? Qui sont les bénéficiaires, les perdants ? Eurorégion Kent-NPC ; North-South divide ; impact sur Londres, Paris, Bruxelles, le Nord-Pas de Calais, la Flandre et le sud-est de l’Angleterre ; croissance, emploi, tourisme.

4. Migrations et frontières : la création d’une frontière terrestre pour le Royaume-Uni, l’augmentation de l’offre et la desserte à grande vitesse de Londres, Bruxelles et Paris ont-elles été déterminantes dans les nouvelles implantations transfrontalières ? Dans les flux migratoires à l’échelle européenne et mondiale ? Cette thématique s’attache aux migrations illégales (ex. des réfugiés de Sangatte) comme aux mouvements de citoyens d’États signataires du Traité de Schengen et de l’UE (ex. Francais résidant à Londres). Elle étudie également la notion de frontière, qui évolue rapidement sous la pression conjuguée des technologies de l’information et de la communication et de l’internationalisation des échanges. Les politiques de contrôle embarqué et aux terminaux transmanche et leurs interactions avec le système de transport seront étudiées à cette occasion.

5. Relations internationales, géopolitique et intégration européenne : l’origine du projet est marquée par le sceau politique, notamment par le Traité de Cantorbéry. Dans quelle mesure la dimension politique, diplomatique, stratégique, interfère-t-elle avec les grands projets d’infrastructures ? A contrario, l’augmentation et l’évolution des flux de trafic, la portée symbolique de la liaison fixe ont-elles influé sur la politique étrangère des États riverains, sur les relations franco-britanniques, les attitudes vis-à-vis de l’Europe, la coopération en matière de défense ? Quel en est l’impact sur les perceptions réciproques des ressortissants des différents pays ? Peut-on parler de cultures d’organisations binationales, ou de rapprochement des cultures des organisations ?

Un colloque final, ouvert à tous, présentera la synthèse des travaux et donnera lieu à une publication.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.