[Soutenance de thèse] de Marie Bourget-Mauger : “Diffusion et sens des objets connectés en architecture – Attentes, représentations et réalités : le cas des environnements de bureaux” – École d’architecture de la ville & des territoires Paris-Est – 10 janvier 2024

La soutenance de thèse de Marie Bourget-Mauger intitulée “Diffusion et sens des objets connectés en architecture – Attentes, représentations et réalités : le cas des environnements de bureaux” aura lieu le mercredi 10 janvier 2024 à 10h00, à l’École d’architecture de la ville & des territoires Paris-Est, en amphithéâtre 130.

Cette thèse a été réalisée au sein du laboratoire OCS/AUSser de l’Université Paris-Est, sous la direction d’Antoine Picon (Laboratoire Techniques, territoires et sociétés – LATTS) – ENP, Harvard Graduate School of Design, et est réalisée dans le cadre d’une collaboration CIFRE avec la marque Axians de VINCI Energies.

La thèse sera suivie d’un pot organisé par Marie Bourget-Mauger. Afin de prévoir son organisation, merci de vous inscrire via le formulaire suivant : https://forms.gle/XEhGmqz21AdWacwz8.

Accédez à l’annonce : Marie Bourget-Mauger

Membres du jury

Urlberger Andrea, rapportrice, Docteur en Esthétique sciences et technologies des images, Laboratoire de Recherche en Architecture (LRA) – ENSA Toulouse
Pillon Thierry, rapporteur, Docteur en Sociologie, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne
Nappi Ingrid, examinatrice, Docteure en Sciences économiques, ESSEC Business School
Nivet Soline, examinatrice, Docteur en Architecture, Laboratoire ACS – ENSA Paris-Malaquais
Picon Antoine, directeur de thèse, Docteur en Histoire, Laboratoire Techniques, territoires et sociétés (LATTS) – ENPC, Harvard Graduate School of Design
Henry-Biabaud Edouard, Représentant de l’entreprise VINCI Energies Management – Axians (thèse CIFRE)

Résumé de la thèse

Cette thèse explore l’impact de l’intégration des objets connectés en architecture, en prenant le cas d’étude des environnements de bureaux. Tout d’abord, l’analyse du concept de Smart Building, ou de bâtiment connecté, montre que ce dernier s’inscrit dans la quête d’une chimère architecturale, celle du bâtiment intelligent. Nous montrerons que cette quête d’une architecture intelligente augmentée par les nouvelles technologies remontent aux premières théories cybernétiques dans lesquelles des bâtiments, envisagés comme flexibles, auto-adaptatifs, et autonomes, sont conçus pour répondre aux futurs défis urbains, énergétiques et climatiques.

Par ailleurs, nous démontrons le rôle central aujourd’hui pris par les objets connectés dans la concrétisation de cette chimère du bâtiment intelligent. En effet, depuis les années 2010, leur généralisation a révolutionné la gestion et le fonctionnement technique des bâtiments, nécessitant une réévaluation de l’intégration des dispositifs techniques en architecture. Aussi, nous proposons deux nouveaux principes d’intégration des systèmes techniques pour tenir compte de l’impact à long terme des objets connectés, celui d’indétermination des objets techniques et celui d’écologie.

Enfin, cette recherche aborde la manière dont les objets connectés impactent la conception traditionnelle de l’architecture, la transformant d’une entité statique en un bien immobilier de service. L’étude des environnements de bureaux illustre cette évolution vers une architecture servicielle connectée. Cette thèse révèle que l’intégration des objets connectés en architecture trouve son sens dans la rencontre paradoxale des enjeux écologiques et économiques, en reliant ainsi les environnements de bureaux connectés aux stratégies d’entreprise, aux pratiques managériales, et aux préoccupations environnementales.



Citer ce billet
Pascal Fort (2024, 8 janvier). [Soutenance de thèse] de Marie Bourget-Mauger : “Diffusion et sens des objets connectés en architecture – Attentes, représentations et réalités : le cas des environnements de bureaux” – École d’architecture de la ville & des territoires Paris-Est – 10 janvier 2024. Carnet de veille UMR AUSser. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vjuv

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search